Blog Archives

Envoyer un sms à tous ses patients… (tuto)

Dans la « crise du coronavirus » actuelle, des informations ont parfois besoin d’être données rapidement à beaucoup de patients…

Hier (18 mars), le service declare.ameli.fr a ouvert et a permis à chaque personne à risque de forme grave de faire ses arrêts en ligne ; néanmoins, tout le monde n’était pas au courant, ne savait pas la place du MG là-dedans…

De même, les informations sont claires sur « ne sortez pas », mais la dérogation autorisant les soins de santé, les gens ne savent pas bien ce qui est maintenu et ce qui ne l’est pas… Je répète à longueur de coups de fils « restez chez vous », mais un message préventif à tous serait bienvenu…

J’ai proposé une première chose : un site web (http://rochoy.fr) où j’informe sur l’organisation du cabinet pendant cette période (ça faisait un bail que je voulais faire un site web pour le cabinet, pour donner des infos telles que les horaires, les vacances, les internes, etc.) Mais si je peux informer via mes ordonnances et les mails que j’envoie à la pelle à mes patients actuellement, ça ne touche pas ceux qui vont m’appeler…

Enfin, la télémédecine devenant indispensable (contrairement à avant), je me suis inscrit sur Doctolib (on aura l’occasion d’en reparler ici sûrement).

Maintenant, j’avais une grande problématique : INFORMER tout le monde de 3 choses :

  • arrêt sur declare.ameli.fr pour les plus à risque,
  • télémédecine ouverte
  • site web d’information (uniquement basé sur les recommandations gouvernementales évidemment, pas un site d’avis ou d’opinions comme celui-ci).

J’ai donc choisi l’envoi de sms en masse. OK, ça n’est pas RGPD-friendly mais ça reste « mes » patients m’ayant déclaré comme médecin traitant et je doute qu’un seul vienne m’ennuyer pour avoir utilisé son numéro personnel pour lui envoyer un message.

Est-ce que ça a été efficace ? 

  • 4 appels depuis ce matin pour valider le fait d’aller sur declare.ameli.fr / dire que l’employeur ne voulait pas / dire qu’ils ne savaient pas… donc plutôt satisfait de ça,
  • 4 inscriptions en télémédecine sur les 2 jours (bon avec des appels pour chacun pour valider…) (ça sera mieux que téléphone + WhatsApp actuels)
  • 139 visites sur le site à 14h (vs 51 mardi par exemple), donc je pense un vrai effet de la communication.

Je dirais donc plutôt oui !

 

Pour ceux qui voudraient faire la même chose, voici un petit tutoriel… 

1 – Récupérer la liste des patients, sur MédiStory 3 et 4 (bêta-test…)

Bon, cette partie ne concerne quasi personne ; pour la plupart vous avez un moyen connu d’extraire votre base patient.

Sous MS3 : Ouvrir un dossier > cliquer sur Rechercher > toute la liste de patients apparait > cliquer sur le point noir « liste des champs » et cocher téléphone > Actions (en bas à gauche) > Imprimer ou exporter la liste

Sous MS4 : Patients > Recherche (en bas) > Ajouter une recherche (ça doit être la première / seule) > Ajouter un filtre > Médecin traitant : moi > Rechercher > cliquer sur la liste des résultats > roue dentée en haut à droite > enregistrer une version CSV

 

2 – Mettre en forme pour OVH

Vous avez un CSV avec une liste de n° de téléphone.

(Perso, j’ai passé mon mercredi à bien les mettre en forme parce que ça change entre MS3 et MS4 donc j’avais deux types de mise en forme, j’ai dû ouvrir 900 dossiers pour faire de la mise en forme… mais vous n’aurez pas ce problème).

Vous pouvez déjà virer toutes les autres colonnes et ne garder que numéro de téléphone.

Primo, supprimez les doublons. C’est facile, sur Excel, vous sélectionnez la colonne : Données > Supprimer les doublons.

Deuxio, faites la mise en forme pour OVH… Le titre de colonne doit être number. Puis les numéros doivent être à l’international donc avec le +33. Pour ça, sélectionnez tous les numéros > clic droit > Format de cellule > Personnalisé > à la place de standard, écrivez +33#

Tertio, Excel vous ennuie… parce qu’il n’enregistre pas le + de +33 en CSV. Donc faites un copier de la colonne « number » avec ses +336…, et faites coller dans un logiciel d’édition de texte classique (Editra sur mac par exemple, ou Notepad++…)

Enregistrer sous un format CSV.

 

3 – Envoyer via OVH

Allez sur OVH, créez vous un compte.

Allez dans l’onglet Télécom (en haut) et sms / votre identifiant (à gauche).

Mettez la liste des destinataires en faisant « Actions > Ajouter » dans l’onglet ContactsCapture d’écran 2020-03-19 à 14.15.52

Puis dans sms, allez dans envoyer un sms. Mettez votre numéro de destinataire, puis Liste des destinataires > cliquez sur la liste.

Capture d’écran 2020-03-19 à 14.15.10

Il ne reste qu’à préparer votre message. En fonction du nombre de sms (attention, ça grimpe vite ^^) et du nombre de destinataires, vous allez acheter des crédits (2000 sms = 139€) et il n’y a plus qu’à envoyer.

Pour mon message ce matin, si vous voulez vous en inspirer :

« Bonjour,

Si vous travaillez, consultez https://declare.ameli.fr/

Si vous êtes dans la liste (HTA, diab…), arrêtez vous !

Infos sur le cabinet sur http://rochoy.fr

Prise de RDV en téléconsultation sur Doctolib dès ce jour. 

Restez chez vous, bonne journée

Dr M Rochoy »

A mon sens, informer, c’est capital… C’est bien fait au niveau national par le gouvernement pendant cette crise, relayé par la plupart des médias. Mais localement, il y a toujours des subtilités d’organisation, et c’est important à mon sens de rappeler aux patients qu’on est là et contactable, pour éviter toute panique qui pourrait déborder les urgences.

Bon courage à tous !

NB. Une telle solution n’existe pas (encore… ?) chez Doctolib. Ca serait pratique.

NB2. Il semblerait qu’il existe des applis pour faire ça gratuitement depuis son téléphone, avec un plafond pouvant être lié à notre opérateur, et le fait d’être ou non professionnel sans doute… je n’en sais pas plus.

NB3. Pas de conflit d’intérêt avec Doctolib ou OVH.

Partagez cet article

    Pourquoi venir à MP3@Paris, en 10 bonnes raisons ?

    Deux-trois fois dans l’année, je vous parle sur ce blog d’autre chose que de médecine (comme le calendrier de l’avent à Noël ^^), et justement… c’est aujourd’hui ! \o/

    Le samedi 22 juin 2019, de 10h à 19h, je serai à Paris (campus Jussieu) pour cet évènement co-organisé par Richoult de la Team Javras :

    header 4

    Les sagas mp3, pour ceux qui ne suivent pas trop, ce sont des fictions sonores réalisées généralement par des amateurs éclairés et mises gratuitement sur internet. J’avais fait un petit thread à ce sujet avec le compte EnDirectDuLabo :

    J’ai assisté pour la première (et seule) fois en 2017 à cet évènement (épisode 2 donc), et j’avais passé un excellent moment. Pour vous convaincre de venir à votre tour, voici 10 bonnes raisons…
    1. Après 3 ans dans les caves, cet épisode 4 aura lieu dans le patio lumineux et verdoyant de l’UPMC : l’occasion de mettre la sagasphère dans un milieu ouvert, lumineux et propre (… comme si avant, elle était fermée, sombre et sale, haha !)
    2. C’est une IRL géante avec plein de potes de la sagasphère et de Netophonix,
    3. C’est l’occasion de rencontrer (ou revoir) une soixantaine de créateurs/podcasteurs : la liste complète est en cours de mise en ligne sur le site MP3@Paris, mais citons pour le plaisir…
      1. Blast qui représentera les Sondiers,
      2. Tuhki et Grushkov qui parleront du podcast Faucon Millenium et leurs sagas,
      3. Le Mago et Azmar qui présenteront notamment leur BD Chez le psy,
      4. Isthun qui nous parlera de ses créations audio sur Kingdom Paf, et peut-être même d’insectes à manger tout autour du globe !
      5. l’incroyable Flo de Flopod – l’homme qui a une voix que si elle était physique, on aimerait la peigner comme on aime peigner les poneys,
      6. Dean & Reivax qui parleront pour la dernière année (c’est ce qu’ils ont annoncé) de leur saga Café & Lembas
      7. Mais aussi Ego et Daghostprod pour la saga Seasons
      8. … Chloé, Aurélie et Eva du Studio Post-Météore qui présenteront Ventouse
      9. … et vraiment plein d’autres personnes (ça ne fait pas 60, si vous comptez bien sur vos doigts)
    4. Mais aussi de VRAIS acteurs (réalisateurs) comme : Baptiste Guiton pour l’appel des Abysses et Sophie-Aude Picon de l’incroyable expédition de Corentin Tréguier au Congo, tous deux de France Culture. De 15h à 16h, ils seront interviewés par Johnny (le gars qui aime bien organiser des projets avec plein de gens dedans c’est une passion pour lui les tableurs).
    5. Et cette interview ne sera pas la seule façon d’apprendre des choses, puisque d’autres activités et conférences sont prévues. Là aussi, tout est sur le site mais pour montrer la variété et l’intérêt de ce qui sera proposé :
      1. Blast : « Faire du podcast ? Je commence par quoi ? »
      2. Marielle (des Indomptables) : « La voix au micro : interprétation »
      3. Charles et Mathias : enregistrement en direct d’un épisode du Bureau des mystères
      4. Ranne Madsen (d’Oriog Créations) : « La représentation des minorités dans les fictions »
    6. … et il y aura aussi des activités complètement orientées vers le fun, telles que :
      1. le Burger Quiz (animé par Cladall), où vous pourrez peut-être remporter une Jee… un cadre souvenir et d’autres goodies !
        • Le saviez-vous ? François TJP et moi sommes les deux premiers gagnants du Burger Quiz spécial MP3@Paris ^^ En préparant ce billet, je suis retombé sur la vidéo de 2017, je vous la remets en fin de billet pour le plaisir ! (On a eu des questions faciles :D)
      2. un Blind Quiz par Erika
      3. un karaoké par Amandine
      4. une histoire dont vous êtes l’Overkiller, par la Team Overkiller
    7. Et puis vous pourrez me rencontrer (whaow, quelle chance inouïe, moi c’est quelque chose que je ne pourrai jamais faire !) et même, encore mieux, rencontrer François TJP ! Il pourra vous parler du Studio TJP et de ses créations passées, présentes et futures, seul ou en collaboration, en tant qu’acteur, réalisateur, sound designer, compositeur…
    8. Outre notre stand (où nous serons en bonne compagnie !) et nos déambulations dans le patio et dans les ateliers/conférences sus-nommées, nous animerons nous aussi avec François une conf-activité intitulée « Et MP3@Paris éclata… » de 12h à 13h  (nous sommes en train de la préparer, ça sera évidemment hautement sérieux !)
    9. A ce point n°9, vous devez penser que pour pouvoir rencontrer des gens formidables dans un patio lumineux, jouer à un Burger Quiz et en savoir plus sur le podcast, ça doit évidemment être onéreux et compliqué ? Eh bien que nenni ! C‘est très simple et très gratuit : il suffit juste de prendre un billet (depuis ce jour !) sur le site www.mp3aparis.fr ou en cliquant sur le bouton plus bas ! Attention à ne pas gâcher : les places sont gratuites mais sont « chères » car limitées à 400, il faut bien sûr que les sagas mp3 et podcasts vous intéressent 😉
    10. Enfin, la dernière bonne raison de venir, c’est que s’il n’y a personne, ça sera juste une IRL ultra sympa… :/ Alors que si vous venez, ça sera en plus de chouettes rencontres !

    Alors à dans une quarantaine de jours là-bas ! 🙂

     

    Où retrouver les organisateurs de MP3@Paris ?

    Partagez cet article

      Pépins sous le chalet : c’est bientôt parti !

      Petit billet bonus sur ce blog… La dernière fois au congrès, quelqu’un m’a demandé si je faisais autre chose que de la médecine.Comme d’habitude, j’ai répondu que je fais :
      1/de la musique depuis 1992 (de la trompette depuis 1995 et du piano depuis 2010).
      2/ un peu de course à pied depuis l’été 2007 (… j’ai commencé 11 semaines avant mon premier marathon ^^)
      Ce sont deux activités assez conventionnelles, simples à aborder.

      Mais en vrai, je consacre aussi un peu de temps à :
      3/ de l’écriture, depuis 2003 (j’ai quelques nouvelles sur mon site ; j’écris très peu depuis 2015).
      3bis/ … et notamment de l’écriture de sagas mp3 depuis 2005/2007 (quelques-unes sur mon site ; la liste est sur ma page NetoWiki).

      Pour une raison assez cocasse, dans cette activité de « scénariste de la sagasphère », je me suis (entre autre) retrouvé au scénario du Choc des Zéros et son making-of en 2007 (sorti en 2015), puis co-scénariste de Pépins sous le sapin (calendrier de l’avent 2016 du Netophonix, avec @now@n et Azmar) et cette année de… Pépins sous le chalet (calendrier de l’avent, qui va donc sortir à raison d’un épisode par jour du 1er au 25 décembre 2018).

      Ces 3 projets partagent un point commun important : un important nombre de voix différentes qui peuvent et doivent interagir ensemble. (Nous avons aussi beaucoup d’acteurs différents dans Et la Terre éclata… avec François TJP par exemple, mais ils n’ont pas à vivre la même histoire – sans lien, la saison 3 débutera en janvier 2019 !).

      Parlons donc de Pépins sous le chalet, le calendrier de l’avent 2018 du Netophonix.  

      Image

      Cliquez sur le lien et découvrez tous les calendriers de l’avent depuis 2007 ! 

      Pour l’organisation, on la doit à @JohnnyPigeon et @RanneMadsen. On ne leur doit pas que ça…

      Pour le scénario, j’ai sur ma to-do list « Le Netophonix fait du ski » depuis janvier 2017 ^^ L’idée d’un nouveau calendrier collaboratif a commencé à se disséminer en décembre 2017, puis le trio de scénaristes de Pépins sous le sapin (@now@n, Azmar et moi) nous sommes réunis pour prévoir le synopsis général, les grandes lignes au cours de plusieurs réunions en janvier. Une fois les idées principales sur le papier (en mars je crois), nous nous sommes répartis 8 épisodes chacun, comme en 2016… Sauf qu’entre les préparatifs du voyage à l’autre bout du monde en vue de manger des insectes pour @now@n, la BD « Chez le psy » pour Azmar, et la thèse pour moi, ça n’a pas été très évident ! Ainsi, Ranne Madsen (et Johnny) ont intégré l’équipe scénario à partir d’avril… au moment où l’écriture a vraiment commencé pour tout le monde ! Sans eux, il aurait manqué 9,5 épisodes ^^ (@now@n en a rédigé 2 x 0,5, Azmar 4 et moi 10,5). Bonne chance pour ceux qui voudront retrouver qui a écrit quel épisode, parce que malgré ces petits aléas, l’ensemble devrait être assez homogène grâce aux préparatifs en amont… 😉
      Voilà… Le 6 juin, après 18 réunions et de longues heures d’écriture (8-10h par épisode en moyenne avec les réécritures pour ma part), le scénario était complet ! Il ne nous restait plus qu’à changer le titre du projet… ^^

      Après ça, Johnny et Ranne ont découpé les voix de chaque épisode (un travail de titan), pour les distribuer à chacun des 79 acteurs (gloups !), qui se sont fait un plaisir d’enregistrer (et dérusher) entre le 16 juin et le 31 juillet.
      En parallèle, François TJP a préparé un pack de jingles (fait maison) pour donner à tous les réalisateurs, qui n’ont plus eu «  » » »qu' » » » » à assembler tout ça ^^ Emeryl a préparé le super design ci-dessous, et Aquatikelfik a préparé le site…

      Je ne vais pas spoiler l’équipe de 18 réalisateurs ou les 79 acteurs présents… mais il y a du beau monde 🙂 Le mastering final a été réalisé par Blast. Pendant ce temps, Emeryl a préparé le super design ci-dessous, et Aquatikelfik a préparé le site… Et le tout arrive dans vos oreilles à partir du samedi 1er décembre sur Netophonix !

      Image

      Que faire en attendant samedi ? Eh bien, vous pouvez commencer par (ré)écouter les 25 épisodes de Pépins sous le sapin. Ca n’est pas du tout obligatoire toutefois : si vous ne le faites pas, vous pouvez quand même nous écouter à partir du 1er décembre (allez, vous raterez quelques blagues si vous n’avez jamais entendu Pépins sous le sapin, mais vous comprendrez tout quand même à Pépins sous le chalet, pas de panique !) De la même façon, si vous ne connaissez pas le Netophonix, là aussi vous allez perdre quelques petites références… mais vous allez tout comprendre (on utilise très peu de caractéristiques pré-existantes à cette saga en fait).

      Du coup, comme tout le monde peut écouter… j’espère que vous serez nombreux à écouter et partager 🙂 Vous pourrez relayer sur les réseaux sociaux et tout et tout, parce que c’est ça 2018, c’est la folie, c’est le partage ! Et si l’envie vous prend de réaliser un mono et le soumettre, toutes les informations sont sur ce topic… Voilà, voilà, il y a tout pour passer une agréable fin d’année 😉

      Partagez cet article

        Créer facilement un bot inutile et rigolo sur Twitter

        (Pour les internes ayant commencé hier, bon courage ! Il y a une page qui vous est dédiée par ici… Pour ceux qui changent de stage, de statut… bonne redécouverte !)

        Il y a une dizaine de jours, un tweet m’a agacé. Je sais, c’est follement original, personne n’est jamais agacé sur Twitter !

        Cette fois, ça a tourné à la création (inutile mais amusante) d’un bot de création de titres médicaux pour journaux grand public (du style « c’est officiel, la lavande a les mêmes effets apaisants que le Valium » qui ne sort d’absolument nulle part : en gros, des souris qui sniffaient de la lavande dans un labyrinthe obscur étaient assez apaisées pour continuer leur exploration. « C’est officiel » semble un peu excessif).

        Là où tout a commencé...

        Là où tout a commencé…

        Sur le site https://cheapbotsdonequick.com, effectivement la création est hyper simple. J’ai essayé de l’expliquer oralement à @DrJohnFa mais c’est galère, donc je vais simplement en faire un billet…

        La première étape est de créer un compte Twitter dédié au bot (donc il faut une boîte mail pas encore utilisée pour un compte Twitter…). Vous pouvez l’habiller un peu. Pour ma part, j’ai choisi un comics tombé dans le domaine public : Captain Science.

        Capture d’écran 2018-11-04 à 10.18.24

        La deuxième étape est de créer le bot sur le site https://cheapbotsdonequick.com. Et effectivement, @akaAgar ne ment pas quand il dit que c’est très simple :

        • vous définissez la syntaxe de votre tweet dans « origin ». Si vous faites un bot « amour de l’universitaire » par exemple, vous pouvez dire « J’adore la science », « Oh que j’aime la recherche ! », « C’est moi ou il n’y a rien de mieux que l’enseignement ? » (à chaque fois séparé par des virgules et entre guillemets) ;
        • c’est bien mais c’est un peu limité évidemment, si vous voulez que votre bot tweete au moins une fois par jour… donc l’étape suivante c’est de créer des « alternatives » en utilisant la syntaxe suivante : #MotAlternatifDeCeQueVousVoulez#
        • ici, vous pouvez remplacer ce que vous avez mis dans « origin » par « J’adore #TrucQueJadore# », « Oh que j’aime #TrucQueJadore# », « C’est moi ou il n’y a rien de mieux que #TrucQueJadore# ? »
        • et ensuite vous définissez #TrucQueJadore# par « la science », « la recherche », « l’enseignement ». Vous avez déjà multiplié les possibilités : « J’adore la science », « J’adore la recherche », « J’adore l’enseignement », « Oh que j’aime la science », etc.
        • vous pouvez aller plus loin et imbriquer des « alternatives » dans d’autres alternatives » ! Ainsi dans #TrucQueJadore#, vous pouvez ajouter « la science des #Peuples# » et définir ensuite #Peuples# par « Incas millénaires », « amateurs de vaudou », « peuples sous-marins de l’Atlantide submergée »
        • etc.

        Quelques pièges à éviter : attention aux singulier/pluriel ou masculin/féminin ; le mieux est d’intégrer le maximum de ces informations dans les alternatives (je n’ai pas écrit « science, recherche, enseignement » mais « la science », « la recherche », « l’enseignement »).

        La troisième étape est de définir les modalités du bot : 1 publication toutes les 10 minutes à 1 publication par an… Vous pouvez également utiliser le même type de code pour que votre bot réponde à vos interlocuteurs (ou vous pouvez aussi garder la main en l’incluant dans votre app Twitter, c’est sympa aussi ^^)

        Et la dernière étape, c’est penser à appuyer sur Save… 😉 Voilà, vous avez créé votre bot !

         

        Bonus Track : pour illustrer un peu ce que j’ai dit au-dessus, voici le code (intégral aujourd’hui) de ce petit bot.

        {
        « origin »: [
        « C’est officiel : #FakeMed# a #Effet# que #LeMedicament# (d’après #Article#). »,
        « C’est prouvé par #Article# : #FakeMed# a #Effet# que #LeMedicament# ! »,
        « #SuperNouvelle# ! Ce matin, #Article# montre que #FakeMed# a #Effet# que #LeMedicament# ! »,
        « Hier, #Article# a montré que #LeMedicament# peuvent avantageusement être remplacés par #FakeMed#. #SuperNouvelle#, non ? »,
        « Le saviez-vous : #FakeMed# a #Effet# que #LeMedicament# (sans les effets secondaires) »,
        « Et si #FakeMed# avait #Effet# que #LeMedicament# ? C’est ce que nous dit cet article ! »],

         

        « FakeMed » : [« le thym de votre jardin », « la chlorophylle des algues de la mer du Nord », « le piment de Cayenne finement moulu », « le cumin », « le cacao à 70 % importé du Mexique », « le miel de lavande des apiculteurs français », « un mélange de quinoa et de coco », « le lait de soja », « le beurre de tofu », « l’homéopathie », « le thé vert », « une seule fleur de Bach », « 6g de sels de Schüssler »],

         

        « Effet » : [« les mêmes vertues », « le même effet », « les mêmes effets », « la même efficacité », « les mêmes propriétés », « les mêmes bénéfices attendus », « autant d’effets cliniques », « autant d’efficacité », « un meilleur effet thérapeutique », « plus d’efficacité »],
        « SuperNouvelle » : [« Époustouflant », « Fantastique », « Exceptionnel », « Incroyable mais vrai », « Grande nouvelle pour la science », « Jour de liesse pour la médecine », « Ne cachons pas notre joie », « Cliquez rapidement »],

         

        « LeMedicament » : [« les antidépresseurs », « les médicaments anti-cholestérol », « les anxiolytiques », « les traitements contre le cancer », « les substituts nicotiniques », « les pommades des dermatologues », « le paracétamol », « les plus puissants anti-douleurs », « les plus puissants antibiotiques », « le vaccin anti-grippal », « les vaccins »],

         

        « Article » : [« l’article d’un chercheur #Source# que nous n’avons pas lu », « une brève de nos collègues du New York Times citant un article récent à ce propos », « le tweet d’une équipe Inserm dirigée par un scientifique #Source# », « un article relayé par un bandeau déroulant sur BFMTV », « le post Facebook d’un chercheur #Source# », « un article disponible sur le NEJM dont nous avons lu le résumé sur FranceInfo », « un article dans une revue prédatrice qui envoie des mails aux auteurs pour publier chez elle », « un article de 1962 sauvé de l’oubli par un chercheur #Source# »],

         

        « Source » : [« Indien n’aimant pas le curry », « Tchèque amateur de musique classique », « Dunkerquois n’aimant pas la mer », « Marseillais mais non-pratiquant », « pro-Brexit », « aimant vermifuger ses enfants », « homéopathe qui dévaccine avec des granules magiques »]
        }

        Partagez cet article

          #JournéeMondialeDuBlog : ah, tiens, j’ai un blog ici !

          Bonsoir à tous,

          C’est la journée mondiale du blog, et c’est sûrement la meilleure occasion en 2018 de me rappeler que j’en ai un. Il est ici, il est en jachère, plein de projets d’avenirs pour 2019. Il est dans un état de vivacité digne de le ranger au rayon surgelé, mais ce blog reçoit chaque jour encore entre 100 et 300 visites…

          Qui sont ces gens, qu’est-ce qu’ils veulent ? Ils veulent connaître les indications et effets des IPP au long cours, ou les anti-émétiques, me dit WordPress. Ce sont des articles phares, qui brillent encore un peu au milieu de la nuit noire. Très bien, mais il y a désormais une publication dans la revue Thérapie qui est revue par les pairs, qui est de meilleure valeur. Pourquoi continuer à venir parler d’anti-émétiques ici quand le même contenu est disponible dans la Revue d’épidémiologie et santé publique ? Est-ce un public différent, ou le même qui tantôt prend le temps de chercher dans des revues et tantôt se contente de Google au milieu d’une consultation ?

          Est-ce donc ça que veulent les gens ? De la science, de la vulgarisation d’articles ? Est-ce qu’ils veulent des petites fiches pratiques de consultation – j’en ai, c’est facile à mettre en ligne, même si c’est visuellement douteux. Dans ce cas, leur faut-il des outils pratiques, ou de belles choses ? Que dois-je écrire, et quel temps dois-je prendre ?

          Le temps… Le temps, ça manque comme un parent qu’on a aimé toute son enfance et qu’on voit s’éloigner, s’effacer et disparaître quand on grandit. Le temps, c’est ce qui manque pour proposer du contenu un peu rigolo, à l’écrit ou en vidéo… Vraiment ? N’y a-t-il que ça, semble me dire la #JournéeMondialeDuBlog ?

          « Mais souviens-toi, la fois dernière… Tu as produit une vidéo, tu l’as mise sur YouTube, mais ici : es-tu venu la poster sur ton blog ? »

          C’est vrai… même quand je produis quelque chose, comme la vidéo ci-dessous, je ne vais pas au-delà de Twitter… Twitter, c’est la vie qui bouge, c’est vivant, c’est 2018 ; le blog, c’est à Twitter ce que le papyrus est à la tablette. Un peu folklorique, avec des odeurs qui rendent nostalgiques un temps ceux qui en ont déjà utilisé.

          J’en ai déjà utilisé, moi. Cette journée est là pour me le rappeler. Un blog… C’était pas si mal, finalement. Cette journée vient boire un chocolat chaud à la terrasse avec mon blog, et ils me disent « reviens ». Ils me font des signes avec un mouchoir blanc sur un quai de gare, et je promets de changer. Je leur dis que je vais délaisser Twitter pour revenir ici. Que tout sera comme avant : moins de Twitter, plus de blog ; moins d’instantané, plus de réflexion ; moins de facilité, plus de travail.

          Twitter m’a appris qu’on se fiche de l’organisation, des classements. Pas de ligne directrice. Assez de questions. Tout ça, c’est juste un grand terrain de jeu. Tout ce qui faut pour jouer, c’est juste un peu de contenu. Rapide, long… peu importe, tant qu’il y a du contenu, il y a de la vie. C’est beau un blog avec de la vie, avec un petit coeur qui bat, une fois par semaine, deux fois par mois… Il en sort parfois un article sage en alexandrins qui rêve de gloire, et finit seul dans le salon des billets incompris, son noeud papillon pendouillant sur le col de sa chemise propre ; et puis le lendemain, c’est un autre article publié sous la colère à 3 heures du matin qui se fait remarquer comme un notable qui vocifère dans les rues sous les effets de cocktails enivrants, qui aura honte le lendemain, mais ne pourra plus faire machine arrière.

          Ca ne tient pas à grand-chose un blog : une petite envie, un clavier, un ter net, un lecteur. Rien de plus. Bonsoir à toi, lecteur.

           

          Partagez cet article