Monthly Archives: septembre 2021

Recadrages secrets : qui est la taupe ?

C’est devenu une ritournelle exaspérante. Désormais, quand un ministre a fait n’importe quoi, on apprend juste après que le Président l’a « recadré » lors du conseil des ministres. C’est une sorte de marque de fabrique de la présidence actuelle : les blâmes se font en privé, mais sont relayés dans la presse afin de montrer au peuple combien le chef de l’Etat est aussi agacé que lui, mais doit composer avec les bêtises ou l’incompétence de ceux qui l’entourent. Et c’est de plus en plus fréquent au fil des mois…

En plus de multiplier les bourdes et les incompétences, il se trouve que ceux qui entourent le Président de la République ne le respectent absolument pas, puisqu’ils balancent à la presse tout ce qui se dit dans ces conseils privés…

Devant le désintérêt général des services secrets français, j’ai décidé de mener moi-même l’enquête afin de débusquer la taupe ! (Ne me remerciez pas, je suis au service de l’Etat). D’autant que le Président lui-même ne supporte pas ces fuites et insiste pour le respect du « secret défense » notamment en conseil de défense ! On le comprend : si tout ce qui se dit par le chef des armées en privé est dévoilé dans la presse, il devrait rapidement chercher le coupable et l’exclure de ces réunions… c’est un peu problématique d’avoir une « taupe » qui balance tout à la presse, ces réunions pourraient aussi comprendre des sujets plus sensibles.

Ne vous inquiétez pas, monsieur le Président, je vais vous aider avec une grande enquête.
(Extrait de Gala)

J’ai donc tapé « Macron recadre conseil ministres » sur Google, entre 2018 et ce jour (requête ici). Petit florilège (non exhaustif) des 23 pages, en commençant par quelques anciens ministres…

Christophe Castaner, ancien ministre de l’Intérieur

En avril 2019, après une soirée arrosée relayée sur les réseaux sociaux, le ministre de l’Intérieur est recadré par Edouard Philippe en Conseil des Ministres (« être ministre, c’est 24 heures sur 24, y compris en termes de comportement« ). Le Président lui « passe un savon » également, apparemment en privé (ça devrait faciliter la recherche de la « taupe »).

Le mois suivant, il est à nouveau recadré par Emmanuel Macron — comme nous l’apprend Gala — après avoir parlé « d’attaque » au lieu « d’intrusion » par des membres du cortège du 1er mai à l’hôpital Salpêtrière : « évite les micros tendus et tweete un peu moins. » Un conseil qu’on devrait tous suivre d’ailleurs.

Muriel Pénicaud, ancienne ministre du travail

En juillet 2019, Edouard Philippe aurait recadré Muriel Pénicaud en conseil des ministres, pour son « affichage trop public des désaccords » (notamment sur le risque de coupes dans le financement de l’apprentissage)… et on apprend que c’est elle qui se ferait le plus souvent recadrer dans ces conseils.

Le Président n’aurait pas été en reste. Dans Closer, fin 2019, un ministre relate : « j’ai vu Macron défoncer des ministres en Conseil des ministres. C’était chirurgical« . Sur la faible communication autour de la relance des emplois francs, le président aurait estimé que « c’est comme faire une promotion dans un supermarché et l’installer au fond du magasin« .

Edouard Philippe, ancien Premier Ministre

Après avoir évoqué le déconfinement en avril 2020, le Premier Ministre se voit recadré par « un proche du Président » : « Parler quand on ne sait pas, voilà une stratégie étrange, anxiogène. » 

A l’époque du gouvernement Philippe, on note plusieurs recadrages globaux : en juillet 2017, il disait « si on sait donner du sens, on évite les petites polémiques«  ; le mois suivant, il critiquait les notes reçues : « c’est du pipi de chat, ce qui me remonte actuellement de certaines de vos notes : ne vous laissez pas enfermer dans le confort des documents rédigés par vos administrations. Certes, cela peut vous paraître sympathique et confortable de vous placer entre leurs mains. Mais vous verrez, dans six mois, si vous continuez, vous aurez disparu« 

A tel point qu’en février 2020, les ministres et proches (voire ami du président – toujours sympa) se lâchent : « il méprise les gens, il les toise de son intelligence » ; « les ministres disent de lui qu’il se caresse devant les miroirs » ; « c’est moi le roi et ce sont mes députés, mes gens » ; « personne ne se sent aidé, soutenu, porté… (par le Président) »…

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur

En novembre 2020, Michel, producteur de musique dans le 17ème arrondissement de Paris, est tabassé par des policiers. Le Président aurait appelé son ministre pendant 15 minutes pour « mettre les points sur les i » selon une source proche, et un autre témoin a parlé de « fermeté, d’apaisement et de sanctions ». Ce qui laisse penser que la taupe suit de très près le Président — il appelle en privé à proximité immédiate, allant jusqu’à laisser « la taupe » poireauter pendant un appel de 15 minutes (il y a sans doute un jeu de Mikado dans le bureau du Président pour ces situations).

S’y ajoute une publication publique (facebook, Twitter) que Philippe Moreau Chevrolet estime être un recadrage (public cette fois !) du ministre de l’Intérieur : « je demande au Gouvernement de me faire rapidement des propositions pour réaffirmer le lien de confiance qui doit naturellement exister entre les Français et ceux qui les protègent et pour lutter plus efficacement contre toutes les discriminations. » Un « recadrage des troupes » selon la Nouvelle Tribune.

Après avoir critiqué les résultats de son propre camp, voire même de sa propre liste (ça ne s’invente pas), Gérald Darmanin s’est aussi fait recadrer par Gabriel Attal (qu’il avait critiqué en mars), par Eric Dupont-Moretti en juin 2021.

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’état auprès du ministre de l’Economie

En mars 2020, les membres du gouvernement échangent en privé sur Telegram. Plusieurs ministres y évoquent la bande passante trop faible, et la secrétaire d’Etat réplique : « En fait, si tu ‘youpornes’à 22h30, ça gêne personne… Juste une question d’organisation… » Ces messages privés se retrouveront… dans le Canard Enchaîné, indignant le Président : « c’est lamentable que, en situation de crise comme celle que nous vivons, on retrouve des échanges comme cela dans la presse« . La taupe est donc dans ce groupe Telegram, qu’on espère limité…

En avril 2021, la secrétaire d’état évoque l’idée de ne pas renouveler les commandes d’AstraZeneca l’année prochaine (ce qui a effectivement été le cas dès juin-juillet). Jean Castex l’aurait alors recadrée par SMS (!) en lui demandant d’être « plus prudente dans ses expressions« . A propos du même vaccin, le Premier Ministre aurait d’ailleurs dit à ses équipes : « il faudrait que Sheila se fasse vacciner« … qui se sont empressées de le répéter au Canard Enchaîné, parce que – eh ! – pourquoi pas se rire un peu des goûts musicaux de son patron dans la presse, ahahah il ne saura jamais que ça vient de nous 4 à qui il l’a dit… ARE YOU CRAZY, TAUPE ?!

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie

Lors du conseil des ministres de janvier 2021, le Président aurait dit « je n’aime pas les tireurs couchés« , visant — selon la taupe — Bruno Le Maire, qui est parmi ceux qui critiquent la stratégie vaccinale, la stratégie de confinement ou déconfinement… « Si certains ont des problèmes avec la stratégie sanitaire telle qu’elle est développée, qu’ils viennent m’en parler et j’attends leur lettre de démission ! » aurait-il ajouté.

L’histoire ne dit pas si, après cette réplique cinglante, le Président se tut, fixa le ministre de l’Economie de son regard bleu sur lequel glissaient des éclats métalliques, comme un lac accablé de soleil dont il aurait été impossible, sous le scintillement des reflets, de percer la surface. Probablement pas.

Jean-Michel Blanquer, ministre des sports et des masques-slip

De façon cocasse, ce n’est pas pour sa gestion approximative de la sécurisation des écoles, ses ratés dans le télé-enseignement (accusant des attaques russes) ou sa popularité négative dans le corps enseignant que le ministre en charge de l’Education Nationale s’est fait recadrer… mais pour sa « flagornerie » en mars 2021, lorsqu’il disait au Monde que « le président a acquis une vraie expertise sur les sujets sanitaires, ce n’est pas un sujet inaccessible pour une intelligence comme la sienne et au regard du temps important qu’il y consacre depuis plusieurs mois« . La flagornerie a ses limites.

Il semblerait aussi que Jean-Michel Blanquer se soit fait recadrer en septembre 2021, selon le Canard Enchaîné : « il faut parler tout ce qui va bien, je parlerai donc du sanitaire à la fin » aurait dit le ministre avant que le Président, « exaspéré« , le reprenne sur le dédoublement des classes, qui sont en sureffectif.

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche (il parait)

Après avoir réclamé une enquête du CNRS sur l’islamogauchisme qui gangrène l’université, Frédérique Vidal (soutenue par Jean-Michel Blanquer et Gérard Darmanin) aurait été « mollement recadrée » (selon le Monde) en février 2021 par le Président qui aurait rappelé « son attachement absolu à l’indépendance des enseignants-chercheurs« . Selon un ministre présent, le Président aurait dit « la semaine qui vient de s’écouler a prouvé que, malgré le Covid, on pouvait faire exister d’autres sujets dans l’actualité. Mais on gagnerait à reproduire la démonstration de manière concertée et organisée«  sur le mode « il faut arrêter de déconner : une fois, mais pas deux »… Pour un autre « conseiller de l’exécutif », « Vidal est plus près de la porte que de l’augmentation »…

Barbara Pompili, ministre de l’écologie

Après la défaite LREM aux régionales en juin 2021, le Président a recadré Barbara Pompili, cofondatrice du mouvement En commun, qui s’est félicité d’une décision du Conseil d’Etat de suspendre la réforme de l’assurance chômage lancée par son gouvernement… « Inacceptable et déloyal« , tout comme l’appel du même parti à soutenir Marie-Guite Dufay, candidate PS en Bourgogne-France-Comté (et réélue), où LREM maintenait sa liste.

Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté

En décembre 2018, après qu’elle ait évoqué le rétablissement de l’ISF, elle aurait été « recadrée » par le Président en Conseil des Ministres : « nous ne détricoterons rien de ce qui a été fait depuis dix-huit mois« . En février 2021, un proche du chef de l’Etat fait savoir que Marlène Schiappa « énerve souverainement le Président ».

En mars 2020, le Président l’aurait brutalement coupée dans une longue présentation de son bilan en lui disant de « revenir la semaine prochaine pour une présentation qui correspond à [s]es attentes« .

En avril 2021, le Président recadre Marlène Schiappa en conseil des ministres selon BFMTV. Après avoir annoncé la mise en place d’états généraux de la laïcité chez Hanouna (sic), elle se serait vu rétorquer par le Président : « les Français s’en fichent, et moi aussi : on n’a pas besoin de colloque, de forum, ou de je ne sais quoi. Si c’est pour regarder le film de Caroline Fourest sur Tariq Ramadan, on l’a déjà vu, on a bien compris ! » Puuuuunchline ?
Oui, mais non ! Comme l’a synthétisé Challenges, on apprend rapidement dans Marianne que l’Elysée dément BFM : « il ne s’en serait pris ni à Marlène Schiappa ni à Caroline Fourest. Il s’agirait en réalité de conflits idéologiques au sein même de la macronie au sujet de la laïcité ». Puis le Parisien relate une 3ème version où le Président aurait finalement dit « Ce n’est pas la peine de faire d’énièmes états généraux pour répéter ce qu’Aristide Briand a dit, alors que ça fait 250 fois que je vous dis les choses.« 

Ah oui. Donc la taupe a confondu Caroline Fourest et Aristide Briand. On dit « aveugle comme une taupe », mais visiblement la taupe du conseil des ministres semble souffrir davantage de problèmes auditifs.

Jean-Baptiste Djebbari, troll Twitter et ministre des transports

Sur BFM, le ministre des transports annonce que le gouvernement compte vacciner 26 millions de Français d’ici l’été ; sauf que l’objectif initial est de 15 millions (en pratique au 21 juin, il y avait 17 millions de schémas complets et 32 millions de primovaccinés). Lors du conseil des ministres de janvier 2021, le président aurait « exigé que ses collaborateurs se contentent d’évoquer leur secteur« .

Il s’était également fait recadrer en avril 2021 par Barbara Pompili après avoir proposé la légion d’Honneur aux 2 présidents de l’aéroclub de Poitiers, après que la maire écologiste Léonore Moncond’huy ait assumé de ne plus financer des sports basés sur la consommation de ressources épuisables.

Olivier Véran, ministre de la Santé

En septembre 2020, le ministre aurait proposé des mesures plus restrictives, ce que le Président n’aurait pas apprécié : « un million de tests par semaine, c’est bien beau, mais si les résultats arrivent trop tard, ça ne sert à rien« . D’ailleurs, sans nous concerter, Gala se demandait à l’époque qui était la taupe également

En janvier 2021, le Président aurait carrément parlé de « fiasco » : « Moi, je fais la guerre le matin, le midi, le soir et la nuit. Et j’attends de tous le même engagement. Or là, ça ne va pas. La technocratie est tatillonne. Ça doit changer vite et fort et ça va changer vite et fort. Nous sommes sur un rythme de promenade en famille, et ce n’est à la hauteur ni du moment, ni des Français« , aurait-il lancé au téléphone à divers interlocuteurs, selon la gazette de l’Elysée / le JDD. Ah ! Par téléphone ! La taupe est plusieurs pour relayer ces propos HAUTEMENT… flatteurs pour le Président en fait ! Ca tombe drôlement bien.

En février 2021, le Président aurait « engueulé » Olivier Véran parce qu’il ne l’a pas averti de l’existence des anticorps monoclonaux… La taupe devait forcément être présente lors de cette « engueulade »…

En mars 2021, le Président critiquait encore le fait que « le boulot n’a pas été fait« . Visiblement, le Président ne souhaitait pas prendre son « pari » de janvier 2021 sans embarquer son ministre — opposé à ce pari — avec lui…

… Emmanuel Macron, Président de la République

Pour couronner le tout, il semblerait que le Président se fasse également recadrer par un narrateur de chez Audible, ancien Président lui-même !

Méta-recadrage

Il n’est évidemment pas le seul, puisque des « amis » du Président s’y mettent aussi. Par exemple, on apprend mi-février 2021 dans un papier déjà biiiiien daté qu’il « pique des colères d’enfant » selon un proche ami (… bien choisir ses amis quand même), et qu’il fustige les scientifiques qui « ne répondent à ses interrogations que par un seul scénario : celui du reconfinement », ou les élus qui réclamaient en mars 2021 des mesures plus efficaces.
L’histoire lui aura donné tort avec quelque 10 000 décès supplémentaires dus à ces « colères d’enfant« .

« Il a eu raison » : bah non. Les limites de la flagornerie.

Conclusion

Ces recadrages publics ne mènent jamais à rien. En décembre 2020, le Midi Libre s’intéressait aux difficultés du Président à se séparer de ses proches : Richard Ferrand, Gérard Collomb, Alexandre Benalla, Alexis Kohler, Gérald Darmanin…

Le 24 juillet 2018, pour défendre Benalla, il disait d’ailleurs « on ne sacrifie pas des têtes de fonctionnaires, de ministres ou de collaborateurs sur l’autel des émotions populaires. Le responsable, c’est moi, qu’ils viennent me chercher. »

Il est difficile d’identifier formellement la taupe. Emmanuel Macron critiquait d’ailleurs ouvertement ces sorties en juin 2020 : « je continue à lire dans les gazettes ce que je pense. J’en ai marre de ces pseudos conseillers ministériels qui passent leur temps à dire ce que je n’ai pas dit« . Il l’a bien répété en mai 2021 : « Si certains d’entre vous ont des vocations d’éditorialistes, il en faut plein dans les chaînes d’info. Vous êtes ministres, pas éditorialistes ». Un recadrage « fréquent », raconte « fataliste et blasé », un « ministre de premier plan » le jour même au Parisien, « confirmé par plusieurs des présents »… ce qui est quand même le comble de l’ironie.

L’ironie en 2 paragraphes.

Il semblerait que ce soit quelqu’un systématiquement présent avec Emmanuel Macron, y compris dans ses appels privés…

Oh. A moins que tout ça ne soit que de la communication politique ? Des coups d’essais dans la presse de ce qu’il veut dire mais pas dire ? Une façon d’être « responsable mais pas coupable », histoire qu’on ne vienne pas trop le chercher quand même ? Je ne sais pas ce que je préfère entre un Président qui ne sait pas faire respecter le secret défense qu’il réclame régulièrement et un Président qui manipule l’opinion…

Mais dans ce dernier cas, relayer de la compol organisée, visant à manipuler l’opinion publique quant à l’image du Président, n’est-ce pas un peu problématique ?

Like
7
Love
0
Ah Ah
0
Wow
0
Sad
1
Grrr
1