Blog Archives

Histoire de zèbre

« Si vous entendez un bruit de sabots, attendez vous à voir un cheval, pas un zèbre » dit un célèbre aphorisme médical…

En pratique, devant un zèbre :
– les neurologues regretteront de n’avoir aucun traitement pour arranger ça,
– les internistes essaieront de prouver qu’il s’agit d’un cheval malade,
– les hémato-oncologues ne se prononceront qu’après analyse anatomopathologique dudit zèbre,
– les dermatologues proposeront d’enlever toutes les bandes noires, par précaution (faisant la joie des médecins sus-cités),
– les infectiologues voudront connaître l’espèce précise avant de traiter,
– les pédiatres trouveront ça super mignon (comme Marty dans le dessin animé Madagascar),
– les généralistes temporiseront pour voir l’évolution,
– les urgentistes le renverront rapidement chez lui puisqu’il n’a rien de mortel,
– les médecins du travail proposeront d’adapter l’environnement au zèbre en recréant une savane,
– les urologues ne verront pas de différence avec un cheval, et n’en auraient rien à faire, c’est bon là, faut arrêter de dire qu’ils sont jaloux,
– les psychiatres essaieront de le persuader que les rayures reviennent à la mode en 2012…

Like
1
Love
0
Ah Ah
0
Wow
0
Sad
0
Grrr
0

Bref, j’étais l’interne des urgences

Bref.

Il était trois heures du matin, j’avais pas encore mangé. Mon chef venait de faire une sortie en SMUR pour un type mal en point, ça avait pris deux heures. Ils partaient sur un type pendu, finalement c’était un mec étendu. Ils n’avaient pas compris le pompier au téléphone. Ils avaient tourné dans le quartier le nez en l’air, pendant que le gars avait le sien par terre. Pendant ce temps, j’avais géré et renvoyé les petits problèmes d’entorse, de contusion, de plaies, de fracture, de je-sais-pas-mais-ça-a-pas-l’air-grave. Je venais de faire suffisamment de plâtre pour redécorer Florence.

J’avais stocké les problèmes plus importants, parce qu’on m’avait dit que si le chef ne contre-signait pas mes dossiers, j’irais seul en prison. J’avais pas envie d’aller en prison.

Read more »

Like
1
Love
0
Ah Ah
0
Wow
0
Sad
0
Grrr
0

De l’autre côté du chat

J’ai découvert Dans Ton Chat (DTC) à l’époque où ça s’appelait Bashfr. Ce site, hautement recommandable pour tous ceux qui aiment l’humour geek, est constitué d’un recueil des meilleures discussions IRC. C’est comme un zoo, où on peut croiser des joueurs de CS (Counter Strike) qui vivent enfermés chez eux, vivant au rythme des journées virtuelles sur WoW (World of Warcraft), et que les parents laissent devant leur PC quand ils partent en vacances avec le chien. Bref, Dans Ton Chat c’est une société d’asociaux.

Et il m’est arrivé d’y lire des commentaires désopilants d’informaticiens d’entreprise désespérés par les noobs en informatique… Ça me fait toujours bien marrer, parce que les requêtes sont souvent empreintes d’un non-sens croustillant.

Read more »

Like
0
Love
0
Ah Ah
0
Wow
0
Sad
0
Grrr
0

Cas n°6 corrigé – Toux… ou rien.

Téléchargez le cas clinique n°6 en PDF, sous licence Creative Commons BY-NC-ND (9643 téléchargements)  (recommandé, avec présence de tableaux de la recommandation, non présents sur cette page, parce que bon c’est quand même un peu lourd à ajouter).

Commentaire : Un cas entier et général sur l’item 86, qui a pour but de faire un rappel sur les différents germes, les stratégies diagnostiques et les stratégies thérapeutiques, de l’hospitalisation à l’antibiothérapie. De 2004 à 2011, les pneumonies ne sont jamais tombées aux ECN (la BPCO est tombée une fois). Accrochez-vous pour comprendre ce cas : il est finalement assez simple et ouvert, et il devrait vous aider à ne pas vous mélanger les pinceaux le jour J entre bronchite, pneumonie, communautaire, gravité, ambulatoire, atypique… et autres joyeusetés.

 

Sources :

–          Powerpoint de Mathilde Carré, mars 2011

–          Mise au point sur l’antibiothérapie dans les infections respiratoires basses de l’adulte : pneumonie aiguë communautaire, exacerbations de Bronchopneumopathie Chronique Obstructive (AFSSAPS et SPILF 2010)

–          E. Pilly, maladies infectieuses et tropicales, 2010 (22ème édition)

–          Mise au point : antibiothérapie dans les infections respiratoires basses de l’adulte : pneumonie aiguë communautaire, exacerbations de Bronchopneumopathie Chronique Obstructive (AFSSAPS et SPILF 2010)

–          Pneumologie, 6ème éd. COLLection MEDecine, Sergio Salmeron

–          Prise en charge de la BPCO (société de pneumologie de langue française mise à jour 2009)

–          Bulletin épidémiologique hebdomadaire 2011

–          http://www.respir.com

Items :

–          76 – Vaccinations. Bases immunologiques, indications, efficacité, complications

–          86 – Infections broncho-pulmonaires du nourrisson, de l’enfant et de l’adulte

–          173 – Prescription et surveillance des antibiotiques

–          227 – Bronchopneumopathie chronique obstructive

 

Read more »

Like
0
Love
0
Ah Ah
0
Wow
0
Sad
0
Grrr
0

Cas n°5 corrigé – La tension du boulanger

Téléchargez le cas clinique n°5 en PDF, sous licence Creative Commons BY-NC-ND (9855 téléchargements)

Commentaire : Un cas de rhabdomyolyse sur hypokaliémie chronique par pseudo-hyperaldostéronisme acquis par intoxication à l’acide glycyrrhizique ne devrait vraiment pas tomber aux ECN. Toutefois, c’est un bon moyen pour comprendre l’hypertension artérielle (dosage de la kaliémie, règles hygiéno-diététiques avant d’instaurer un traitement), l’hyperaldostéronisme (l’aldostérone est élevée, sinon c’est un pseudo-hyperaldostéronisme comme ici), et être systématique sur la lecture d’un ECG et d’un bilan biologique (CPK élevés n’est pas signe d’infarctus).

Pour information, la réglisse était employée dès l’Antiquité pour lutter contre les ulcères (carbenoxolone dans certains pansements gastriques vendus hors France) et par les Scythes pour lutter contre la soif lors de traversée du désert (rétention hydro-sodée).

L’acide glycyrrhizique est toxique à partir d’une consommation de 700 mg/jour pendant plusieurs semaines (150 mg/jour chez les sujets cirrhotiques), soit :

60 verres d’antésite (23g/l, avec 10 gouttes ou 0,5 ml par verre de 20 cl)

20 à 60 verres de pastis avec alcool (0,07 à 0,2 g/l de glycyrrhizine, verres de 17 cl)

3 à 80 verres de pastis sans alcool (concentration variable de 0,057 à 1,27 g/l)

2 bâtons de zan (12g à 3% de glycyrrhizine)

Sources :

http://www.wikiphyto.org/wiki/Réglisse

http://www.haribo.com/planet/fr/info/main/verbraucherinfo/pdf/04_LA_REGLISSE.pdf

http://www.inchem.org/documents/pims/plant/pim249fr.htm

http://www.endocrino.net/download/DCEM/130_1204.pdf

http://www.em-consulte.com/article/99774

http://www.nephrohus.org/s/spip.php?article359

http://www.centres-antipoison.net/lyon/vigitox39/Vigitox_N39_janvier_2009.pdf

Items :

129 – Facteurs de risque cardiovasculaires et prévention

130 – Hypertension artérielle de l’adulte

186 – Asthénie et fatigabilité

219 – Troubles de l’équilibre acido-basique et désordres hydro-électrolytiques

309 – Electrocardiogramme : indications et interprétations

Read more »

Like
0
Love
0
Ah Ah
0
Wow
0
Sad
0
Grrr
0