Blog Archives

Préventions chez la femme enceinte : CMV, Listeria, Salmonella, Toxoplasma

En stage de gynécologie, j’ai récupéré les fiches des avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France… Comme elles ne sont pas évidentes à trouver ailleurs, je les partage ici.

 CMV

Pas de traitement efficace ni de vaccination. Le contact avec les enfants de bas âge est le facteur de risque le plus important. Il faut donc limiter le contact avec les urines, la salive et les larmes des jeunes enfants de moins de 3 ans (surtout s’ils sont gardés en collectivité) pour les femmes enceintes et leurs conjoints :

  • Ne pas sucer la cuillère ou la tétine, ne pas finir les repas d’enfants de moins de 3 ans
  • Ne pas partager leurs affaires de toilette (gants de toilettes)
  • Limiter le contact buccal avec larmes et salive
  • Laver soigneusement les mains à l’eau et savon (ou SHA en milieu hospitalier) après chaque contact avec l’urine (couche, pot, pyjama, change) des enfants de moins de 3 ans

Read more »

Partagez cet article

    Guide de survie en suites de couche

    La maternité et les suites de couche sont une sorte de No Man’s Land entre sage-femmes, puériculteurs/trices, gynécologues, voire anesthésiste, endocrinologue, pédiatre… A côté de tout ce beau monde, l’interne (souvent de médecine générale) doit apporter des recommandations et faire des prescriptions aux récentes parturientes. Et c’est loin d’être aussi simple que chacun veut le prétendre !

    Sauf que voilà, c’est le foutoir. Chacun y va de ses recommandations personnelles sur le bon délai pour faire une sérologie toxoplasmose, la pertinence d’un contrôle de glycémie, l’intérêt d’un traitement inhibiteur de lactation, la durée de l’anticoagulation après une césarienne, l’introduction d’une contraception à J3, J5, J10 (surtout que l’omniprésence des labos dans le service n’aide pas à avoir une information claire)…

    Pendant mes 3 mois de stage en gynécologie, j’ai donc essayé de faire le tri entre les vraies informations et les habitudes qui se transmettent sans bien comprendre pourquoi (parfois à juste titre, parfois juste complètement à tord à partir de légendes urbaines de grossesses dès J3 du post-partum – avec un utérus même pas encore cicatriciel ?) Oh, c’est loin d’être parfait, mais avec ce « guide de survie en suites de couche », j’étais bien plus à l’aise en fin de stage que le premier jour, où je ne faisais que singer des ordonnances démodées. J’espère qu’il en sera de même pour vous 😉 (Et si vous êtes externe, ce guide pratique peut vous aider à mieux appréhender l’item 25 – suites de couche pathologiques)

    Suites de couche (10301)

    Partagez cet article