RSCA – Récit Sur la Classe Américaine

Pour valider le Diplôme d’Etudes Spécialisées de Médecine Générale, les internes doivent assister aux cours, valider 6 stages de 6 mois dans différents pôles, et écrire au cours de chaque stage 1 RSCA (récit de situation complexe et authentique), 2 SCQ (situation clinique questionnante) et 1 rapport de stage.

Pour mon premier semestre aux urgences, j’ai fait un RSCA sur les incendies, que je vous livre en exclusivité.  Il respecte dans l’ordre tous les critères de la grille d’auto-évaluation proposée en 2009 par le département de médecine générale lillois (il existe d’autres versions plus récentes, mais moins exhaustives) :

Auto-évaluation de mon RSCA

RECIT (valide le point 1)

Aujourd’hui, je(2) suis monté dans la voiture de SMUR. C’était trop bien, on doublait tout le monde sur la route en faisant VROUM VROUM TILUTILUTILU. Trop l’impression d’être dans Grand Theft Auto, le kiff suprême o/ (3)

Quand je suis arrivé sur les lieux de l’incendie, il y avait plein de gens dehors, ça m’a un peu fait flipper. J’ai mis mon stétho autour de mon coup, pour faire croire que j’étais super fort. Puis je suis allé voir un patient qui avait une tête de ramoneur en fin de journée de labeur – ptdr – et je l’ai ausculté aussitôt. Je lui ai dit : « le temps commence à se radoucir, hein ? » et il a répondu « oui ». On était dans un environnement de camion de pompier et dehors ça sentait la fumée. (4)

Biomédicalement(5), il avait un syndrome d’inhalation des fumées d’incendie. Psycho-affectivement(6), il avait l’air pas mal, on a même fait des jeux de mots à deux, c’était bien (« je sens que t’as mal. — bah non, j’ai pas mal, pourquoi ? — parce que tu sens le soufre ! Ah ah ah »). Sociologiquement(7), je crois qu’il était athée, et qu’il vouait un culte aux reptiliens parce qu’il avait un tatouage de lézard sur le bras.

Son premier problème c’est qu’il avait inhalé du monoxyde du carbone et qu’il ne voulait pas aller aux urgences.(11) J’ai dit que « si, il faut, de toute façon si tu veux pas c’est parce que t’es pas cap de monter dans le camion des pompiers qui roule trop vite pour toi »(9), du coup il est venu.(8) (Depuis que j’ai fait plein de stages au CHU quand j’étais externe, je sais négocier plein de trucs.)

Nous aussi on est rentré. J’étais un peu vénère que l’infirmier anesthésiste il veuille pas que je prenne le volant. Genre, je vais pas lui manger sa caisse.(3)

Aux urgences, j’ai décidé qu’on allait lui faire tout le bilan, parce que c’était écrit dans le livre qui s’appelle « guide de survie pour l »interne ».(10) Comme sa carboxyhémoglobine était inférieure à 10%, il aurait pu sortir rapidement.(14)

Le deuxième problème, maintenant, c’était qu’il toussait.(11) A cause des suies qu’il avait avalé, du tabac et aussi parce qu’on rigolait fort à propos des blagues comme quoi il avait une tête de ramoneur de fin de journée.(4)

ANALYSE

Est-ce que je peux lui donner un anti-tussif ?

Est-ce qu’il doit continuer de fumer ?

Ceci est une problématique de soins primaires(12) pertinente par rapport à la situation exposée.(17) Le médecin généraliste doit mettre en oeuvre ses compétences de « gestion des soins de santé primaire », « d’aptitude spécifique à la résolution de problèmes » dans le champ (et dans la ville mdr) d’un « problème d’urgence en rapport avec la médecine ambulatoire » et d’une « situation autour d’un problème de dépendance au tabac ».(13)

TACHES INDUITES

Pour son problème de dépendance au tabac, j’ai demandé autour de moi.(20)Les gens m’ont dit qu’il pouvait continuer s’il voulait, mais que dans l’idéal c’est vrai que c’était mieux d’arrêter. Du coup, je lui ai dit d’arrêter de fumer.(14) Après coup, j’ai vérifié et c’est bien le meilleur conseil que je pouvais lui donner (référence : cours d’addictologie).(21) Je lui ai dit de mâcher des gommes aussi, mais quand il m’a demandé « Staedtler » ou « Maped », je savais pas quoi répondre. Et j’ai cherché après, mais j’ai pas trouvé. Il faudrait que je me forme.(19)

En ce qui concerne la toux, les sirops anti-tussifs peuvent contenir de la codéine. (référence : Wikipedia). Or, la codéine, c’est presque comme de la morphine. Comme le patient est déjà dépendant à la cigarette, je ne dois pas lui donner de morphine, sinon il va devenir accroc et devoir faire de la désintox. (référence : Dr. House et la vicodine).(20, 21)

Toutefois, j’aurais pu lui en donner quand même.(15)

Oh zut, je sais pas.(16)

SYNTHESE

J’aurais besoin de revoir les épisodes de Dr. House avec la vicodine. Allez, je me refais les 6 premières saisons.(19)

Maintenant je sais qu’il y a de la codéine dans les sirops anti-tussifs.(23) Quand je serai médecin généraliste (22), je n’en donnerai plus que si les gens ont fort mal.(24)

(Oui, j’avoue, je craque un peu sur la rédaction de mon premier RSCA… mais vous pouvez retrouver le vrai ici !)

Partagez cet article

    { Laisser un commentaire }

    Pingback & Trackback

    1. RSCA 1 – Incendies, brûlures, intoxications | Le blog de MimiRyudo - Pingback on 2013/03/25/ 16:47
    2. Faites médecine générale dans le Nord | Le blog de MimiRyudo - Pingback on 2013/08/20/ 18:55
    3. URL - Trackback on 2014/05/10/ 09:55