Je vous demande de ne pas vous arrêter

C’est officiel, et vous l’avez lu partout : il y a trop d’arrêt de travail. Le précédent « ministre de la santé et de la prévention », Aurélien Rousseau, a déclaré sur LCI le 27 août dernier que l’augmentation des arrêts de travail en 2022 n’était « pas soutenable ». De façon cocasse, il s’inventait à cette occasion un nouvel intitulé de « ministre de la santé et des comptes sociaux », sans se rendre compte qu’oublier la « prévention » de sa fonction réelle était une des principales causes de cette situation.

En 2022, nous avons eu 5 vagues de COVID et 29,28 millions de cas recensés. Ajoutons à ça la grippe décalée de fin 2021 à mars-avril 2022, à cause de la stratégie — politiquement agile et santépubliquement stupide — du Président Emmanuel Macron de lever le masque partout en mars 2022, probablement pour ne pas en faire un sujet sa campagne éclair. Ainsi, en 2021, « les indemnités journalières liées à la grippe étaient quasiment inexistantes » selon l’Assurance Maladie (rapport « Charges et produits 2024 », page 266), et elles ont représenté 786 000 arrêts en 2022, soit 40 millions d’euros. Il s’agit néanmoins d’une paille à côté des 1,7 milliards d’euros d’arrêts de travail directement liés au COVID-19 en 2022…

… car oui, il ne s’agit évidemment que des arrêts directs et initiaux. Il y a également des arrêts directs liés au Covid Long et autres conséquences encore insuffisamment connues de cette infection. Et puis il y a les arrêts indirects, qui ne peuvent pas être perçus dans l’analyse des grandes bases de données : par exemple, lorsque sur 5 travailleurs, 3 sont absents pendant une semaine, les 2 autres augmentent leur rythme au-delà de leurs habitudes, reportent tout repos, et peuvent être amenés à se blesser (tendinopathies, lombalgies, etc.) ou à s’épuiser professionnellement, en particulier lorsque la pression au travail est trop importante (burn-out).

Jouons un peu… Imaginez ! Vous venez d’être nommé à la tête de la première assurance de France : la Caisse nationale d’Assurance Maladie. Votre objectif est simple et passionnant : bien utiliser les 250 milliards d’euros que les Français vous confient chaque année pour leur rembourser au mieux les dépenses de santé.

Déjà, vous réfléchiriez à supprimer les consultations médicales inutiles, liées à des « certificats absurdes » (arrêt de travail de moins de 3 jours, certificat d’absence pour enfant malade, etc.), comme réclamé par de nombreux médecins. Il faudrait pour cela faire jouer vos relations avec le gouvernement et la majorité présidentielle, mais ça ne devrait pas être un problème majeur de votre côté — ça l’est davantage du leur, puisqu’ils refusent d’avancer sur ces questions, en raison du refus du MEDEF et de la CPME. Il ne faut pas se fâcher avec les copains pour quelques centaines de millions d’euros d’argent public.

Ensuite, compte tenu des dépenses induites par les maladies respiratoires virales (en indemnités journalières, mais également en consultation, en tests, en médicaments, en absence enfant malade, etc.), toute personne à peu près censée s’attaquerait en priorité à ce problème. Nous avons vu en 2021 que nous pouvions (sans confinement,  « juste » avec des masques) réduire massivement les épidémies de grippe, VRS, coronavirus… Pour ceux que la santé importe peu, la gabegie financière devrait les interpeler et les inciter à re-réfléchir au port de masque dans les transports en commun, les lieux de soins a minima

Et puis bien sûr, il y a l’arlésienne de l’amélioration de la qualité de l’air — celle qui nous permettra de limiter encore le recours « actif » aux masques, par une amélioration « passive » de ce que nous respirons. Le 16 avril 2022, le candidat Emmanuel Macron annonçait à Marseille qu’il lancerait « immédiatement un effort massif de purification de l’air dans nos écoles, nos hôpitaux, nos maisons de retraite et dans tous les bâtiments publics » et que nous en verrions « les premiers résultats avant la fin de cette année (2022) ». Une promesse de santé qui a déjà rejoint celle formulée le 6 janvier 2023 lors de ses vœux : « les 600 000 patients avec une maladie chronique se verront proposer un médecin traitant avant la fin de l’année »… Finalement, il s’agirait peut-être de préciser de quelle année il est question à chaque fois (ou d’arrêter de promettre n’importe quoi, au choix). En réalité, la réglementation a changé fin 2022 pour prévoir une amélioration de qualité de l’air dans les écoles, à partir de 2024 (vous pouvez retrouver ça sur nousaerons.fr/code), mais pour l’heure, rien n’est concrètement lancé…

Voilà, ce sont probablement les premiers points que vous attaqueriez, si vous étiez à la tête de l’Assurance Maladie, ou encore ministre « de la santé et des comptes publics et de l’absence de conviction qu’il faudrait soutenir le DryJanuary ».

Mais ça n’est pas vous. L’Assurance Maladie a d’autres idées pour réduire les arrêts de travail, et on peut les lire dans une section sobrement intitulée « feuille de route pluriannuelle, ambitieuse (??) et adaptée au contexte de fin de pandémie (??!!), ayant pour objectif une reprise volontariste (??) des actions de maîtrise de l’évolution des dépenses d’indemnités journalières ». Quand le titre sent aussi bon le bullshit, prévoyez le pop-corn.

Dans ce plan « ambitieux », les dirigeants de l’Assurance Maladie visent 200 millions d’euros « d’impact financier » (comprendre économies) en 2023, et 230 millions en 2024. Ce plan « ambitieux » se décline en trois points pour les prescripteurs. Le premier est de contrôler et accompagner les médecins « prescripteurs atypiques » : les 10 % des plus prescripteurs doivent redescendre vers la moyenne, afin que les 10 % suivants puissent faire de même, et ainsi de suite. Le deuxième est le contrôle des arrêts de travail en téléconsultation pour des patients non connus (bref, lutter contre les télécabines de SNCF et autres qui sont autorisées et survalorisées financièrement par rapport à une activité classique de médecine générale). Le troisième point est le déploiement « de campagnes ciblées sur des thématiques nouvelles à forte plus-value » — dès l’intitulé, on sent que ça va être de qualité, évidemment. Ils précisent entre parenthèses : « campagne des délégués de l’Assurance Maladie vers les prescripteurs les plus concernés par des arrêts de travail prescrits pour motifs liés à la santé mentale ».

Et justement, j’ai eu la chance de bénéficier de cette campagne, avec 2079 autres confrères !

J’ai détaillé dans ce fil Twitter le contenu de la fiche qui m’a été remise, en expliquant l’incompétence rare avec laquelle ces statistiques ont été produites au niveau national.

Pour illustrer un peu, ils ont extrait les arrêts de travail « réalisés en ligne » pour « trouble anxio-dépressif mineur » au second semestre 2021, pour les médecins ayant « au moins 10 patients concernés sur la période ». Ils n’ont pas tenu compte du nombre de patients (un médecin avec 500 ou 1500 patients sera traité de la même façon), du nombre de patients en affections longue durée, du niveau socio-économique (avec des scores validés), ou encore des autres motifs d’arrêt de travail.

A titre personnel, j’ai été ciblé par cette action parce que sur 6 mois, j’ai prescrit 668 jours d’arrêt sur ce motif à… 13 patients (sur 1300). Soit 51 jours par patient contre 22 en moyenne. Concrètement, ils ont surtout identifié des habitudes différentes d’utilisation des cotations (par exemple, si je fais l’arrêt depuis le site de l’Assurance Maladie, je peux mettre un « trouble anxieux », « trouble dépressif », « trouble anxio-dépressif mineur » ; si je le fais depuis mon logiciel, ce qui est plus rapide, je n’ai pas « trouble anxieux » et juste les 2 autres…). S’ils avaient bêta-testé leur extraction de données avec des médecins exerçant la médecine générale, peut-être qu’ils auraient eu un retour pour leur dire qu’ils étaient en train de faire n’importe quoi. Ce document d’information extrait nationalement pour 2080 médecins comporte d’autres dingueries, puisqu’ils ont fait des statistiques sur 13 patients… puis sur 4 (m’annonçant par exemple que parmi les 4 patients ayant eu un arrêt de plus de 30 jours, 75 % — donc 3 —ont vu au moins une fois un généraliste…).

Le document explique aussi doctement que le second semestre 2021 était « à distance de la période COVID » : c’est vrai, il n’y a eu que 3,2 millions de cas et 10 000 morts recensés du COVID sur ce semestre. C’est quoi 3,2 millions de personnes infectées en France après tout ?! Sur les 6 mois, par rapport aux décès attendus, l’Insee a recensé une surmortalité de +0,8 % en juillet, + 8,9% en août, +7,1% en septembre, +5,4% en octobre, +6,4% en novembre et +14,6% en décembre, en lien avec les 4ème et 5ème vagues de COVID.

Cette campagne d’information montre la totale nullité de l’Assurance Maladie pour les « délits statistiques », la perte de temps et d’argent pour rencontrer 2080 médecins sur des données aussi fumeuses…

Bien sûr, l’Assurance Maladie se défend en expliquant qu’il s’agit juste d’une information — après avoir ciblé 6 mois plus tôt les 5000 médecins les plus prescripteurs d’arrêt de travail, c’est audacieux. Par ailleurs, personne n’est dupe : leur document « Charges et produits 2024 » en fait d’ailleurs un des leviers pour atteindre les 200-230 millions euros « d’impact financier ».

En tout état de cause, je souhaite une bonne chance à l’Assurance Maladie dans leur démarche.

Cibler, c’est stigmatiser. Vous aurez beau assembler des mots et en faire une ambition de reprise volontariste de maîtrise de l’évolution de votre bullshit, cibler les arrêts de travail pour santé mentale, ça n’est que le reflet d’une pensée qui n’a absolument rien de complexe à décrypter.

Addendum. Et pour mettre dans un contexte plus large, par rapport à la pseudo-interview du Président hier soir :

Loading spinner

{ Laisser un commentaire }

Un avis, une remarque, un ajout : c'est ici ↓