Blog Archives

Affiche pour salle d’attente à propos des masques en lieux clos après le 14 mars 2022

Pourquoi cette fiche ?

Le masque ne sera plus obligatoire dans les lieux clos à partir du 14 mars 2022. C’est une décision dont vous connaissez probablement mon avis, sinon il est disponible ici ou dans ce fil Twitter :

(En résumé : une décision de merde, histoire de couper l’herbe sous le pied de la plupart des autres candidats qui avaient tout misé sur « on va retirer le masque et le pass » et n’ont ainsi plus aucune idée à proposer sur la pandémie, parce que dire « on va remettre le masque » n’est pas assez populaire à leur goût).

Donc, pour informer les patients, je mettrai la fiche suivante en salle d’attente à partir de lundi. Il y a 1 page simple et 5 pages de questions/réponses fréquentes.

La fiche en question

Vous pouvez la télécharger au format DOCX ci-dessous (et la modifier, en faire ce que vous voulez).

Le contenu est reproduit ci-dessous :

A propos du masque en lieu clos

Au 14 mars 2022, le masque reste obligatoire dans les cabinets médicaux, en pharmacie et dans tous les établissements de santé (et les transports en commun).

En pratique, je vous recommande fortement de le conserver dans tous les lieux clos où il peut l’être (commerces, administrations, bureaux, travail…)

Le port du masque chirurgical (sur la bouche et le nez) en lieux clos est un geste altruiste qui nous permet de protéger les gens fragiles, immunodéprimés ou non vaccinés dans ce contexte de pandémie.

Limiter les contaminations par le port du masque en lieux clos, c’est aussi limiter les symptômes prolongés (fatigue, essoufflement, etc.), l’absentéisme à l’école ou au travail, la surcharge du système de santé en ville et à l’hôpital et les dépenses sociétales sur la pandémie.

En raison des messages divers (et parfois contraires) entendus sur la pandémie, je vous apporte quelques informations avec des sources que vous pouvez vérifier.

N’hésitez pas en cas de questions.

Réponse aux questions fréquentes sur la COVID-19

Est-ce que la pandémie est finie ?

Non.

Est-ce que l’épidémie régresse / progresse actuellement ?

QR Code vers le site du gouvernement (courbe de R)

Sur cette courbe, l’épidémie régresse si le taux de reproduction est inférieur à 1 (1 personne en infecte 0 à 1 en moyenne) et elle progresse si le taux est supérieur à 1.

Attention, ce taux veut rapidement fluctuer : par exemple, il a été au plus bas le 21 juin 2021 (0,54) avant de refranchir le seuil de 1 le 2 juillet 2021…

Combien y a t-il de cas / d’hospitalisations / de décès liés au COVID-19 actuellement en France ?

Vous pouvez par exemple retrouver ces données sur :

  • l’appli AntiCovid (section Infos > Autres chiffres clés > Epidémio)
  • ou en tapant « Covid France » sur Google (exemple page suivante)
  • ou sur le site du gouvernement
  • ou sur OurWorldInData (pour comparer entre pays)
QR Code du site du gouvernement
QR Code de OurWorldInData

Que signifie un taux d’incidence à 300 (par exemple) ?

Cela signifie : 300 personnes sur 100 000 ont été testées positif sur les 7 derniers jours (soit 3 personnes sur 1000).

En considérant une population de 70 millions d’habitants en France, cela représente donc environ 30 000 personnes positifs chaque jour (soit 4 patients positifs par semaine pour chacun des 50 000 médecins généralistes du pays).

Sur une population de 14 000 habitants (Outreau), un taux d’incidence à 300 implique donc 42 personnes positives sur les 7 derniers jours.

Au Danemark, ils ont tout retiré, et ça se passe bien, non ?

Non.

Malgré un taux de vaccination plus élevé qu’en France, la levée du masque les mène à leur plus fort taux de mortalité par COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Est-ce qu’avec Omicron, c’est un rhume ou une grippe ?

Non.

Omicron est aussi virulent que la souche de mars 2020. Il est moins virulent que le variant delta.

En janvier-février 2022, la COVID-19 a tué 14 000 personnes, malgré les précautions (masque, incitation au télétravail, vaccination).

Sans ces précautions dans les années 2010-2019, la grippe tuait en moyenne 9 000 personnes par an selon Santé Publique France (en moyenne en France, 1 650 personnes décèdent chaque jour de toute cause, soit 600 000 par an).

Par ailleurs, la grippe est saisonnière (novembre à mars) ; pour la COVID-19, nous avons vécu des vagues de décès en mars-mai 2020 (30 000 décès), octobre 2020-juin 2021 (80 000 décès), novembre 2021 à mars 2022 (22 000 décès – en cours).

3 grandes vagues de décès liés à la COVID-19 depuis mars 2020

Est-ce que la vaccination est efficace ?

Le vaccin est très efficace pour diminuer les formes graves, et donc pour éviter le confinement de la population.

Début 2021, environ 15 000 cas par jour entraînaient 300 décès par jour. Grâce à la vaccination, ce nombre de 300 décès n’a plus été atteint qu’avec 300 000 cas par jour début 2022 (20 fois plus).

La majorité de la population est vaccinée : 93 % des adultes (ou 78 % de la population en comptant les enfants).

Pour illustrer l’efficacité, vous pouvez aller sur l’appli AntiCovid > section Infos > Autres chiffres clés > Vaccination > Comparer. Exemple de graphiques :

Le vaccin 2 doses réduit environ de 90 % les formes graves (courbe rouge à gauche) et le rappel augmente l’efficacité (courbe rouge à droite)

Est-ce que le vaccin diminue les contaminations ?

Oui. Il réduit d’environ 30-40 % le risque d’être positif et le risque de contaminer ensuite.

Les courbes rouges précédentes montraient l’efficacité sur les formes graves, mais vous pouvez également tester sur l’appli avec les tests positifs.

Est-ce qu’il y aura une 4ème dose ?

Probablement non pour les vaccins actuels, mais possiblement oui pour d’autres vaccins à venir…

La 3ème dose semble apporter une réponse immunitaire importante et durable. Des vaccins plus spécifiques sur certains variants devraient être commercialisés en 2022 et seront sans doute recommandés.

Like
11
Love
7
Ah Ah
0
Wow
0
Sad
1
Grrr
2

Actes gratuits : bilan de janvier 2022

Mi-octobre, j’ai écrit une tribune sur « comment redonner du temps médical aux médecins » (c’était des idées déjà développées en partie dans ce billet de juillet 2020). Elle a été publiée début janvier 2022 dans le Figaro (pour les abonnés) et vous pouvez la lire ici en entier, sous forme de fil Twitter à dérouler.

Cette tribune rappelle que nous sommes en situation de pénurie de temps médical, et propose des alternatives au classique, démagogique, populiste et inutile « y’a qu’à obliger les médecins à venir dans les déserts » (parce qu’il est impossible de forcer des gens à faire ce qu’ils ne veulent pas, alors qu’ils croulent sous les offres d’emploi à côté…)

Parmi les 10 idées évoquées, il y a surtout la notion de ne plus utiliser les médecins généralistes comme des contrôleurs (que les patients ne fraudent pas avec les congés enfants malades ou leurs assurances, que les pharmaciens ne fraudent pas en prescrivant des substituts nicotiniques, que les infirmiers ne fraudent pas en cotant des toilettes chez des personnes âgées dépendantes, que les kinésithérapeutes ne fraudent pas, que les ambulanciers ne fraudent pas, etc.)

Afin d’illustrer les propos de ma tribune, j’ai souhaité fournir des chiffres. Pour ça, depuis le 1er janvier 2022, je tiens un tableur de ce que j’appelle des « actes gratuits ».

Définition et précisions.

J’entends par « acte gratuit » les demandes par téléphone, sms, mail de patients (ou collègues de travail) nécessitant un avis médical, une ordonnance, un document administratif, etc. et ne relevant donc pas de la compétence seule d’une secrétaire (hors formation spécifique).

Détaillons les deux termes : « actes », puis « gratuits ».

Les vrais « actes gratuits » nécessitant normalement une consultation — mais l’avènement de la téléconsultation et surtout le remboursement des téléconsultations téléphoniques quelques mois en 2020 ont un peu reposé la question de « qu’est-ce qu’une consultation / un acte ? »

Malgré ce terme de « gratuit » dans cette appellation, j’insiste sur le fait qu’il n’y a aucune réclamation financière dans la tribune sus-mentionnée et dans ce billet de blog (et dans le blog ou dans ma tête en fait…). Il s’agit d’améliorer la qualité de travail, de redonner du temps aux médecins pour qu’ils puissent faciliter l’accès aux soins de leurs patients et leur éviter une surcharge mentale permanente (et souvent inutile).

Par souci de transparence, rappelons (ou apprenons) que chaque patient dont nous sommes « médecin traitant » nous « rapporte » de l’argent chaque année, à travers le « forfait patientèle médecin traitant ».

Par exemple avec ma répartition des 1400 patients décrite plus loin, cela implique un « forfait patientèle médecin traitant » de 26 000€ (super-bruts) par an, qu’on peut considérer comme une groooosse rémunération des « actes gratuits ». Je répète donc qu’il ne s’agit nullement de réclamation financière pour ma part mais de pouvoir regagner du temps.

Forces de cette analyse.

C’est un sujet important, parce que la pénurie de médecins va encore s’aggraver et tout ce qui occupe les soignants limite l’accès aux soins (quand on crée des CPTS, qu’on fait des projets, ça peut avoir une vertu positive à long terme — et c’est pourquoi on le fait — mais à court terme, c’est du temps qui n’est pas utilisé pour soigner…)

De plus, il n’y a pas de données dessus à ma connaissance, et évidemment ce sont des informations qui n’existent pas pour l’Assurance Maladie et encore moins pour les parlementaires (députés et sénateurs) prompts à dire « yakadéplacélémédecin » sans comprendre qu’ils ont de multiples leviers d’action à disposition mais qui leur demanderait un peu plus de travail que recopier des conversations de bistro en faisant passer ça pour un « rapport ».

Je cote autant que possible au fil de l’eau ou le soir, limitant les biais de mémorisation.

Je suis mon propre secrétaire : je prends tous les appels ou messages vocaux laissés par les patients (à de rares exceptions où j’ai un télésecrétariat mais par exemple, pas utilisé en janvier). En pratique, lorsque j’ai le télésecrétariat actif, j’ai l’impression autant de « notes » correspondant à ces « actes gratuits ». Il n’y a donc que moi qui classe en « acte gratuit », donc a priori pas d’erreur de « codage » malgré une notion un peu floue comme on le verra au paragraphe suivant.

Limites de cette analyse.

Il s’agit d’un avis personnel sur ma situation, avec mon exercice, en 2022. Janvier a été un mois EXCEPTIONNEL, notamment en raison d’une circulation très importante du SARS-CoV-2 (en raison d’une inaction du gouvernement de patates qui est le nôtre).

Je travaille dans une ville indice 5/5 de « défavorisation » (EDI) ; en pratique, c’est la 167ème ville métropolitaine de +1000 hab la plus pauvre de France, limitrophe de Boulogne-sur-mer, 15ème du classement.

Mon exercice a aussi beaucoup changé à cause de la pandémie : par exemple il y a 2 ans, très peu de patients avaient mon adresse mail, mais la nécessité de communiquer rapidement des informations claires aux patients a impliqué que tout le monde l’a désormais… Globalement, ça a bien altéré « l’éducation à la santé » des patients, qui ont aussi découvert qu’on pouvait faire du dégradé (appels téléphoniques, téléconsultations, mails en pharmacie…) et ce n’est pas si simple pour les 1440 patients de s’en défaire totalement…

Enfin, « avis gratuit » n’est pas très codifié. Il y a une zone grise entre la simple demande de RDV et la demande complète d’un avis sans RDV… En effet, il peut s’agir :

  • d’une demande de RDV et d’avis concomitant,
  • d’une demande d’avis qui se transforme en RDV
  • d’une demande de RDV qui se transforme en avis…

Mais comme dit plus haut, je réponds tout le temps, et donc il y a une homogénéité dans ma classification.

J’ai coté aussi en « acte gratuit » 2 appels de confrères… mais finalement, la classification des courriers (et bilans biologiques) pourrait aussi entrer dans ce cadre, ou les appels des laboratoires d’analyse… La différence que j’ai retenu est que je cote les « actes gratuits » qui sont donc une démarche « active » d’un patient, et pas la réception « passive » d’un bilan, indépendante de la volonté du patient. Idéalement, il faudrait donc compter toutes les demandes, en consultation et hors consultation (« acte gratuit ») pour mieux apprécier, mais c’est trop de travail… J’insiste un peu là-dessus aussi : je ne fais pas une cartographie de notre exercice, je dessine juste une petite partie inconnue de l’iceberg de notre activité.

De la même façon, il va de soi qu’un patient en consultation qui demanderait une prescription médicale de transport par exemple n’est pas considérée comme un « acte gratuit » — toutefois, supprimer ces aberrations administratives permettrait aussi de redonner du temps médical pour des sujets plus intéressants au sein même des consultations.

Une autre solution (non retenue) aurait été de ne parler que des « ordonnances sans consultation » (par opposition aux consultations sans ordonnance), mais c’était se défaire des nombreux avis médicaux, notamment sur les conduites à tenir en cas de COVID-19 (finalement des « avis sans consultation et sans ordonnance »).

Enfin, ces « actes gratuits » ne sont pas l’alpha et l’omega : réduire les consultations par une meilleure « pédagogie à la santé » (via des enseignements scolaires, des émissions en prime time…), et les « sur-soins » doit aussi être un axe important pour améliorer l’accès aux soins, mais on ne va peut-être pas réinventer la médecine générale française dans un billet de blog.

Disons qu’il s’agit d’un « travail préliminaire », une « preuve de concept » ou tout ce que vous voudrez pour dire que c’est pas top, mais ça a le mérite d’exister.

Mode d’exercice et patientèle.

Je travaille en solo, les lundi, mardi, jeudi et vendredi (fermé mercredi, samedi et dimanche donc).

Dans ma patientèle, créée progressivement à partir de mars 2015, j’ai environ 1440 patients : environ 230 mineurs, 180 de 18 à 29 ans, 150 trentenaires, 180 quarantenaires, 180 quinquagénaires, 230 sexagénaires, 180 septuagénaires et 110 octagénaires et plus…

Ma répartition est plus précise que ce que donne la CPAM… qui a permis d’estimer plus haut le forfait patientèle médecin traitant

En janvier, j’ai été absent du 1er au 9 (vacances en décalé) et en préparation de congrès le vendredi 28 janvier. Au 30 janvier (date de début de rédaction de ce billet), j’ai donc travaillé 11 jours, à raison de 9-10h par jour en moyenne.

Au total, il y a eu 551 actes réalisés, dont :

  • 35 vaccinations à 9,60€ (rappel de vaccin seul sans consultation – j’ai davantage vacciné, mais les vaccinations pendant la consultation normale sont à 25€…) ;
  • environ 144 actes réalisés par mon interne en SAPSAS (6 jours x 24 consultations) (notons que bien sûr, ces consultations sont débriefées, et ces 6 jours travaillés représentent donc environ 5h de débriefing).

Cela m’amène à une moyenne de 34 actes (consultation, visite ou acte technique) et 3 rappel vaccinal par jour travaillé, sur 9-10h de travail par jour.

« Il suffit de… »

Je sais qu’il peut être tentant de trouver des pistes pour changer mon mode d’exercice, mais ça n’est pas du tout le sujet de ce billet ^^ Il y a des raisons personnelles, familiales, professionnelles à cette organisation.

Je réponds juste à 3 questions :

  • pourquoi ne pas ouvrir le mercredi ou le samedi ? Parce qu’il est facile d’ouvrir, mais difficile de fermer ensuite. Parce que c’est sympa de passer du temps en famille. Parce que 36-40h de travail au cabinet par semaine c’est suffisant. Parce que l’accès aux soins me préoccupe réellement, mais être en épuisement professionnel n’aidera personne. Parce qu’il faut du temps pour la comptabilité, l’auto-formation, la direction de thèse, les publications, le reviewing, l’écriture de trop longs billets de blogs, pour tweeter…
  • pourquoi ne pas prendre un secrétariat ? Parce que je redonne mes RDV de suivi à l’avance, qu’il y a Doctolib, et que je peux répondre moi-même : le temps « secrétariat » pur est au maximum de 15 minutes par jour, éparpillé toute la journée (même si on ajoute des actions comme « aller récupérer toutes les semaines les flacons de vaccins à la pharmacie », « faire du ménage », « faire la comptabilité » c’est insuffisant pour salarier quelqu’un en exercice solo). Le passage en « télésecrétariat » ne réduit pas les « actes gratuits » : ça en fait des notes à consulter en fin de journée, au lieu de les traiter au fil de l’eau toute la journée, et finalement je trouve ça plus angoissant de devoir lire les notes régulièrement sur une discussion entre patient-télésecrétaire, plutôt que la vivre au moment donné ou en écoutant un message vocal.
  • pourquoi des sms ? Je rappelle toujours depuis mon portable, et certains patients gardent mon 06 (je sais qu’on peut masquer le numéro, mais flemme de faire les manips à chaque fois quand pour rappeler je peux me contenter de cliquer sur le numéro affiché, procrastination d’avoir une double sim, etc.). C’est évidemment une minorité, mais un petit pourcentage de 1440 personnes, ça finit toujours par représenter une petite population non négligeable ! (et ça m’arrange parfois de répondre par sms, il s’agit parfois de gens que je connais hors cabinet, etc.)

Une autre information aussi, c’est que je traite rapidement les demandes « au fil de l’eau », parce que j’ai une bonne vitesse de frappe, sur clavier AZERTY, à 85 mots par minute environ (d’après 2 tests que je viens de faire ^^)…

Je m’appelle « Votre beau nom » selon Rataype !
Quasi la même selon Tap’Touche malgré des exercices peu naturels.

Je n’incite évidemment personne à choisir mon mode d’exercice. Il existe et me convient. Et quelque soit mon mode d’exercice, il y aura toujours des demandes médicalement inutiles, comme décrit dans la tribune mentionnée en haut du mail, contre lesquelles il faut lutter… Alors après cette loooongue introduction, passons à ce qui nous intéresse : les « actes gratuits » de ce mois !

Analyse des actes gratuits de janvier 2022.

Combien ?

254 actes gratuits de 2 minutes 30 secondes en moyenne (écart-type 54 secondes), avec une médiane à 2 minutes et des extrêmes à 1 et 15 minutes (une télé-expertise informelle autour d’un patient).

Ces actes ont eu lieu sur 27 jours (il n’y a que le dimanche 2, le samedi 8, le dimanche 30 janvier où j’ai eu 0 demande !) (mais c’est un mois vraiment particulier, avec un nombre de positifs COVID complètement dingue et des consignes débiles émanant d’un gouvernement absurde).

Au total, j’ai estimé ça à environ 629 minutes d’actes gratuits sur le mois, soit 21 minutes par jour (sur 30) ou 57 minutes par jour ouvré (sur 11).

Quand ?

Sur les 254 actes gratuits du mois de janvier 2022 :

  • 62 un lundi (dont 3 un lundi fermé) (154 minutes)
  • 56 un mardi (dont 2 un mardi fermé) (117 minutes)
  • 28 un mercredi (dont 28 un mercredi fermé) (70 minutes)
  • 45 un jeudi (dont 2 un jeudi fermé) (127 minutes)
  • 52 un vendredi (dont 11 un vendredi fermé) (126 minutes)
  • 7 un samedi (dont 7 un samedi fermé) (16 minutes)
  • 4 un dimanche (dont 4 un dimanche fermé) (19 minutes)

Soit 197 actes gratuits sur jour ouvré (489 minutes) et 57 sur jour fermé (140 minutes).

On peut discuter 2 points intéressants :

  • les appels du dimanche sont les plus longs en moyenne, probablement parce que ce sont des moments où les demandeurs savent que c’est fermé… et n’appellent donc que pour des problèmes plus complexes.
  • certes je peux ne rien lire/écouter et différer les « actes gratuits » du week-end, mais ce serait reporter sur le lundi, qui est déjà LA journée des actes gratuits… le mercredi semble « éponger » un peu les demandes du jeudi.

Comment ?

Sur les 254 demandes :

  • 162 appels (429 minutes)
  • 44 mails (95 minutes)
  • 25 sms (60 minutes)
  • 6 patients « accompagnant » (15 minutes)
  • 14 patients « absents » (demande pour le conjoint, fils…) (24 minutes)
  • 1 courrier (2 minutes)
  • 2 fois, c’est moi qui ai contacté (4 minutes – en vrai probablement plus, mais je n’avais pas initialement pensé à coter ça ici…)

En croisant un peu les données :

  • sur les 57 demandes de jours fermés : 25 mails (44 %), 20 appels, 10 sms, 1 patient absent, 1 accompagnant (cabinet fermé mais moi présent…)
  • sur les 197 demandes de jours ouverts : 142 appels (72 %), 19 mails, 15 sms, 13 patients absents, 5 accompagnants

Mini-conclusion : avoir l’adresse mail du médecin en fait un mode de communication pendant les jours fermés.

Qui ?

Les 254 actes gratuits émanent de 203 patient(e)s différents :

  • 163 avec 1 demande,
  • 34 avec 2 demandes,
  • 4 avec 3 demandes,
  • 0 avec 4 demandes,
  • 1 avec 5 demandes
  • 1 avec 6 demandes.

(En cas de sms, mails ou appels multiples dans la journée, je compte 1 seul et j’augmente la durée. Autrement dit, il ne peut pas y avoir plus d’un « acte gratuit » par jour par patient).

Les 254 actes gratuits concernent :

  • 166 femmes (413 minutes)
  • 88 hommes (216 minutes)

(Notez qu’il s’agit bien du sexe du patient concerné et pas du demandeur : ce n’est pas en lien avec la charge mentale plus importante des femmes dans les familles. Par exemple si une femme demandait pour son mari, c’était noté « homme » et vice-versa ; par contre on verra juste après qu’elles demandent plus que les pères pour les enfants).

Si on creuse par date, les demandes de week-end concernent plutôt des hommes :

  • Samedi : 1 femme (2 min) – 6 hommes (14 min)
  • Dimanche : 2 femmes (5 min) – 2 hommes (14 min)

Sur les 254 demandes :

  • 138 étaient le fait du patient pour lui-même (54 % seulement !),
  • 31 des demandes par le conjoint, 15 par des aidants (enfants, petits-enfants, neveu…)
  • 34 demandes de mères, 6 demandes de pères,
  • 27 des avis rapides entre professionnels de santé (1 cardiologue, 1 ophtalmologue, 2 kinés, 4 IDE d’EHPAD, 14 IDE libérales, 5 pharmacies)

Quoi ?

Parmi les 254 demandes :

  • 101 étaient un avis (305 minutes)
    • 47 pour une « conduite à tenir devant COVID-19 » (rythme des autotests, comment avoir un arrêt de travail, comment garder les enfants, etc.), soit 109 minutes
    • 43 pour un avis médical (dont 3 avec photos), soit 154 minutes
    • 3 étaient pour discuter autour d’un patient, soit 27 minutes
    • 8 étaient pour des avis divers (interprétation de bilans), soit 15 minutes
  • 2 étaient pour obtenir un duplicata perdu (3 minutes)
  • 151 étaient pour demander un document / une ordonnance (320 minutes)
    • 51 pour un médicament (108 minutes)
    • 44 pour un document administratif (98 minutes)
    • 24 pour un bilan paraclinique (53 minutes)
    • 14 pour du matériel médical (29 minutes)
    • 11 pour des renouvellements d’IDE (20 minutes)
    • 3 pour des renouvellements de kiné (6 minutes)

Sur les 254 demandes, 11 ont été refusées et 243 acceptées par ma part.

Les médicaments demandés étaient 4 fois un contraceptif (notamment ordonnances perdues ou avant RDV en urgence…), 2 fois un hypnotique (suivi chronique), 3 fois un traitement de cystite bien décrite, 1 fois le vaccin à faire, et le reste globalement des renouvellements justifiés (une ventoline, de la nerisone pour de l’eczéma, un anti-allergique…) ; il y avait aussi parfois du doliprane, du spasfon où c’est plus rapide sur du court terme d’accepter (et je rappelle que je suis dans un lieu globalement défavorisé).

Les principaux documents administratifs étaient des prescriptions médicales de transport (8 fois), 4 journées enfant malade dans un contexte COVID (jamais fait sans consultation avant ce mois où je les analyse -_-), 2 créations d’ALD, 4 Cerfa de cure thermale (discuté avant en consultation mais il manquait le lieu choisi)…

Et donc… comment améliorer ?

Je ne sais pas si je vous ai parlé de ma tribune dans le Figaro que vous pouvez lire ici ?

Sans surprise, la plupart des idées développées sont celles que je vais retranscrire ici. En pratique, voici ce qui m’aurait fait gagner au moins 10 minutes « d’actes gratuits » dans le mois :

  • Avoir des consignes plus claires sur la COVID-19 : 53 actes gratuits, soit 123 minutes (notez que ces 2h auraient majoritairement pu être réglées par un secrétariat bien formé, mais là encore, il me semble peu efficient de payer 140h de secrétariat que je passerais 1h à former pour pouvoir gagner 2h in fine)
  • Autonomisation des pharmaciens (remboursement de médicaments de premiers recours pouvant être délivrés au comptoir) : 32 actes, soit 65 minutes (on parle ici de crème dermocorticoïdes chez un patient suivi pour eczéma/psoriasis, de dépanner d’une boîte d’antidiarrhéique, de paracétamol, d’avancer un traitement chronique, etc.)
  • Remboursement des tests COVID-19 sans ordonnance : 17 actes, soit 36 minutes (tests avant examen hospitalier chez des non-vaccinés, tests salivaires chez des parents réticents à l’écouvillonage nasopharyngé)
  • Arrêter de prendre les MG pour des contrôleurs des IDE : 15 actes, soit 28 minutes
  • Arrêter de prendre les MG pour des contrôleurs des ambulanciers : 7 actes, soit 14 minutes (ça pourrait aussi être réglé si les autres spé qui font déplacer les patients vers eux s’intéressaient à comment ils viennent)
  • Arrêter de prendre les MG pour des contrôleurs de parents employés (journées enfant malade) : 5 actes, soit 13 minutes (je n’en fais quasi jamais en « acte gratuit » habituellement, mais là c’était un mois horrible, et la plupart pour garder un enfant COVID-19+ sans se mettre en chômage partiel pour des raisons économiques)
  • Arrêter de prendre les MG pour des contrôleurs des fournisseurs de matériel médical évident (lit médicalisé, etc.) : 5 actes, soit 12 minutes
  • Arrêter de prendre les MG pour des contrôleurs des kiné et orthophonistes : 5 actes, soit 10 minutes
  • Meilleure communication ville-hôpital sur les ordonnances : 3 actes, soit 13 minutes
  • Avoir davantage d’assistantes sociales en ville et en faire des partenaires identifiés par les patients : 2 actes, soit 15 minutes

Donc sur les 629 minutes « d’actes gratuits », 329 sont donc évitables par ces 10 mesures… qui relèvent des compétences de nos parlementaires. Plutôt que nous dire où on doit aller, voici ce que vous devez faire chers élus : légiférer pour redonner du temps médical aux médecins. Et encore une fois, il ne s’agit « que » des actes gratuits : si demain on supprime les prescriptions médicales de transport, ce ne sera pas 14 minutes par MG gagnées dans le mois, mais évidemment plus puisque c’est aussi du temps qui s’insinue dans nos consultations au quotidien !

Dernier point : comme dit plus haut, il va de soi que beaucoup de consultations de médecine générale sont médicalement inutiles, ainsi que beaucoup de soins qu’on prodigue (surprescription d’antibiotiques et de médicaments au sens large, d’examens paracliniques, etc.). Une meilleure « éducation à la santé » permettrait de diminuer largement les consultations, et donc d’améliorer l’accès aux soins tout en réduisant les coûts.

Voilà ! Désolé pour la longueur du billet un peu en vrac !

J’essaierai de reproduire un exercice similaire mois par mois pendant 2022… sans la longue introduction la prochaine fois ! Je mise sur une diminution des « actes gratuits » à venir (d’ailleurs, ce lundi 31 janvier, il n’y a eu « que » 7 demandes contre 18 à 22 les 3 précédents lundi…). Un très grand nombre d’appels ont été pour une « conduite à tenir COVID-19 » ; ça se calmera forcément malgré l’inaction gouvernementale, et le protocole sanitaire scolaire ne devrait plus changer aussi vite que 4 fois entre le 1er et le 11 janvier, favorisant cette déstabilisation en ville.

(Image en avant par Geralt sur Pixabay)

Like
12
Love
3
Ah Ah
0
Wow
0
Sad
0
Grrr
0

Cassandre avait raison

Cassandre : personne qui prédit une issue défavorable aux événements, au risque de déplaire ou de ne pas être crue (Larousse).

Dans la mythologie grecque, Cassandre est la fille de roi de Troie. Elle a reçu d’Apollon le don de dire l’avenir… et la malédiction que ses prédictions ne soient jamais crues, y compris de sa famille (parce qu’elle n’a pas voulu céder aux avances du dieu de la beauté masculine). Elle prédit que Pâris causera la perte de Troie, que le cheval des Grecs est un subterfuge, etc. Ses prédictions sont systématiquement justes et ignorées !

Pendant la pandémie à COVID-19, le gouvernement a usé et abusé de l’expression « jouer les Cassandre » pour discréditer les scientifiques… Sauf que de façon très ironique, ils l’ont utilisé pour critiquer ceux qui avaient raison et qu’ils n’ont pas écoutés.

Une brève requête « les Cassandre » sur Google Actualités permet de retrouver quelques sorties.

Je passerai sur ce billet de très mauvaise foi dans le Télégramme en juillet qui prétend que « les Cassandre ne proposent jamais rien » (bah si en fait, tout un tas de mesures POUR ÉVITER LES CONFINEMENTS, à base d’éducation aux gestes barrières, de protocoles d’aérations – et un appel dans Science -, de séparation des repas en communs en cantines d’écoles ou d’entreprise, avec des appels scientifiques dans le Lancet, des protocoles par le collectif citoyen Ecoles et familles oubliées relayé par La Croix…). Oh et cet article prétend aussi que les Cassandre ne proposent rien pour le climat !

Je passerai également sur les articles qui parlent de gens « jouant les Cassandre » (Agnès Buzyn en mai 2020, Olivier Véran en octobre 2020, Karine Lacombe en avril 2021, l’Institut Pasteur en avril 2021) ; concentrons-nous sur les sorties du gouvernement !

Début janvier, Cassandre a des propos réinventés

5 janvier 2021 : le ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, dit sur Europe 1 que « Parfois, certains refont les Cassandre à chaque retour de vacances ».

« Je me souviens des observations que j’avais avant la rentrée scolaire de septembre. Si j’avais écouté certains, on aurait là aussi reporté. La bonne décision a été prise, c’est-à-dire faire la rentrée à l’heure. Idem pour le retour des vacances de la Toussaint. »

Des propos réinventés, ne faites pas ça chez vous

Le contexte / la réalité : Pendant les vacances 2020, alors que la transmission du SARS-CoV-2 est bien connue depuis juillet (gouttelettes et aérosols principalement), Jean-Michel Blanquer décide de ne rien préparer de concret pour la rentrée car il croit – à tort – que les enfants ne sont pas moteurs de l’épidémie.
Dans ce contexte, le futur collectif Du Côté de la Science écrit une tribune dans le Parisien avec 4 propositions pour l’école : port du masque dès 6 ans – protocole d’aération – limitation des contacts en classe et cantines – tester et tracer. Aucun report n’était demandé, mais mentir est une deuxième passion pour certains. Le ministre répond d’ailleurs à cette tribune dans le bulletin paroissial le 29 août : « nous sommes préparés à tout ».
Devant l’augmentation incontrôlée du nombre de cas et les appels incessants, le masque est enfin instauré pour les enfants dès 6 ans à partir de novembre 2020. Début janvier 2021, le Ministre se vante d’avoir imposé ce masque à l’école…

Si le report des vacances de la Toussaint ou l’avancée des vacances de Noël ont par contre bien été réclamés par certains – dont je fais partie -, il semble difficile de nier aujourd’hui que l’impact sur la 2ème vague aurait été bienvenue. Pour en savoir plus, j’avais relu cette interview en avril dans ce fil Twitter…

Fin janvier, Cassandre casse les pieds

22 janvier 2021 : L’Élysée en colère contre les « Cassandre » favorables à un reconfinement.

Le contexte / la réalité : La 2ème vague débutée à la rentrée 2020 ne s’est jamais terminée au 22 janvier. Le 24 novembre, le Président a annoncé un seuil de 5 000 cas par jour avant d’entamer le déconfinement le 15 décembre. À la date, le nombre de cas quotidiens est de 11 700 cas : qu’à cela ne tienne, il décide de déconfiner avec couvre-feu maintenu.
Devant une ascension rapide du nombre de cas et un plateau de mortalité inadmissible autour de 400 morts par jour (soit 25 % de la mortalité quotidienne attendue en France hors pandémie), plusieurs scientifiques appellent à agréger les vacances scolaires et/ou confiner. Le conseil scientifique rend un avis le 29 janvier (rendu public tardivement) allant dans ce sens. Emmanuel Macron choisit de ne pas suivre cet avis et apparemment de les traiter de « connards du conseil scientifique« .
Finalement, l’Elysée reconfinera à partir du 2 avril, permettant (avec la vaccination) de contrôler la 2ème vague débutée en septembre 2020 et d’arriver au seuil de 5000 contaminations par jour entre le 11 juin et le 15 juillet 2021.

Nombre de cas confirmés de COVID-19 en France chaque jour (attention, avant mai/juin 2020, les données sont peu fiables en raison du manque de tests)
Nombre de morts confirmés du COVID-19 chaque jour en France, illustrant les 2 vagues
(Je suis loin d’être le seul à l’avoir réclamé, mais c’est juste plus simple de retrouver mes tweets…)

En février, Cassandre à la cour déplaît

Le plus grand article de lèche-bottisme écrit en France au XXIème siècle

10 février 2021 : des ministres préférant garder l’anonymat félicitent le Président et lui donnent raison de laisser mourir 300 personnes du COVID-19 chaque jour.

Le contexte / la réalité : la même chose que ci-dessus en fait… Toutefois, je ne pouvais pas passer à côté de cet article mémorable de ridicule.

« Il va finir épidémiologiste », s’amuse un ministre. « Les chiffres lui donnent raison. Le confinement, ç’eut été la solution de facilité, la mesure de confort. » Un autre ministre, participant aux Conseils de défense, ajoute : « Si on avait écouté tous les ‘Cassandre’, on serait en train de travailler avec nos enfants sur les genoux depuis trois semaines. »

X, Ministre, pourfendeur des confinements « de confort » et protecteur des genoux de parents devant l’Eternel.

Si par malheur vous êtes passé à côté de cet article, il faut à tout prix vous rattraper. Avec le recul (on n’en manque pas), c’est absolument incroyable. Et comme il n’y a pas de remaniement, ces idiots sont encore en poste.

« Macron s’est tellement intéressé au Covid », ajoute un conseiller du pouvoir, « qu’il peut challenger les scientifiques, poser la question qui les déstabilise ». « De toute façon, si vous ne rentrez pas dans le sujet », explique un ministre, « vous êtes infoutu de prendre une décision politique. Désormais, le Conseil scientifique n’est plus premier dans l’arbitrage. »

Les conseils du Conseil scientifique ne seront désormais plus utilisés, mais ils peuvent continuer leur mission car les épluchures de patates méritent le papier de qualité qu’ils nous fournissent.

Samuel Gontier a d’ailleurs fait un article dans Telerama pour rappeler tous ceux qui ont salué « le pari » d’Emmanuel Macron… Et Emmanuelle Bouland dans le journal de Saône-et-Loire a fait un beau billet aussi sur la stratégie de « Cassandrer » les scientifiques à des fins bêtement politiques. Et bien sûr, c’est moyennement bien passé auprès de scientifiques

En mars, Cassandre ne plait pas aux amateurs de farce

S’il y a un truc fantastique avec les sociétés savantes de pédiatrie pendant la pandémie, ça a été leur façon d’être toujours à contre-pied. Vraiment, si vous vouliez connaître la direction du sud en 2020/2021, il fallait leur demander le nord.

Le contexte / la réalité : Je ne sais même pas par où commencer. En octobre 2020, sur la base d’analyses scientifiques complètement pétées, ils étaient encore contre le port du masque pour les enfants et tentaient de discréditer ceux qui le recommandaient en faisant de l’argument d’autorité digne des années 1950 dans Ouest France. Lorsque le gouvernement l’a recommandé, ils ont applaudi la mesure comme « la bonne idée qui paraissait indispensable »... avant d’écrire sur leur site en février 2021 (!!) que le port du masque se justifiait « a posteriori » (belle mauvaise foi !)

Et donc cette mesure injustifiée mais justifiée mais a posteriori qui était une bonne idée indispensable, finalement en juin avec l’arrivée du variant delta, ils en prônaient le retrait pour la dernière semaine… Une inépuisable source de désespoiril y a des fils imbriqués dans le premier fil sur #BlanquerFactChecking.

Début mai, Cassandre réclame des objectifs chiffrés

3 mai 2021 : « Il y a toujours des Cassandre pour prédire le pire, mais il faut aussi faire preuve d’optimisme ! » abonde un conseiller ministériel, dans le Monde, « estimant que les critères de surveillance de l’épidémie sont loin d’être laxistes ».

Le contexte / la réalité : Aucun « Cassandre » refuse de faire preuve d’optimisme. Tous les « Cassandre » appellent justement à ce qu’on utilise ces critères de surveillance de l’épidémie pour prendre des mesures fermes à chaque fois que le taux d’incidence décolle. Mais devinez quoi… Emmanuel Macron a dit 1 mois avant qu’il ne conditionnait pas les réouvertures aux indicateurs sanitaires… et de façon générale, il n’a donné aucun objectif chiffré !

Emmanuel Macron, dit Epidémiologiste 1er, le Président qui ne pose aucun objectif et les atteint tous.

Autre exemple plus récent, dans son allocution du 12 juillet, alors qu’il évoquait un nouveau seuil de 200/100 000 (avant de ?), rien n’a été fait les jours suivants pour les EPCI qui dépassaient ce seuil…

Mi-mai, Cassandre ne doit plus être écoutée

17 mai 2021 : pour Gabriel Attal, Emmanuel Macron a eu raison de choisir un calendrier de déconfinement sur des dates et pas sur des seuils épidémiques, ce qui « donne tort à tous les prophètes de malheur ». Le 7 juillet, le même « rongeur d’os » alerte sur le risque de nouvelle vague sans se rendre compte que le problème est situé entre sa chaise et les micros qu’on lui tend.

Le contexte / la réalité : le gouvernement joue à alterner les phases « ce sont des Cassandre qu’il ne faut pas écouter » puis « c’est la merde, qui aurait pu prédire » puis « on s’en sort, c’est grâce à nous, les Cassandre faut pas les écouter ». Le jeu pourrait amuser si nous n’étions pas à plus de 110 000 morts en France... dont 80 000 lors de la 2ème vague, bien plus meurtrière que la première !

2 vagues de mortalité

La 1ère vague ne pouvait être prévenue aisément – même si son ampleur aurait pu être limitée en imposant des masques partout à l’époque, genre quand on allait faire nos courses en plein confinement sans masque…

Vous pouvez remonter ce thread si vous voulez voir la considération d’Auchan et de Carrefour pour leurs clients.

Mais si la 1ère vague pouvait bénéficier d’un « nous n’étions par prêt », il n’en est pas de même pour la 2ème. Le gouvernement a clairement une responsabilité énorme dans le choix de laisser circuler le virus, et des 80 000 morts (0,1 % de la population).

Voilà… comme vous le voyez, Gabriel Attal n’a pas utilisé « Cassandre » mais une formule détournée. De ce fait, je ne résiste pas à vous partager ce tweet qu’il faisait en 2018 pour vanter… Parcours Sup !

Que pense une Cassandre aujourd’hui ?

Les « Cassandre » ne sont pas un groupe défini bien sûr – ce n’est pas toujours les mêmes personnes qui sont visées. Il y a plein de « Cassandre » telles que définies par le gouvernement.

Globalement, ce que « je » prédis aujourd’hui, pour ce que ça vaut, c’est :

  • une explosion des contaminations via le variant delta – qui sera difficilement maîtrisée par le pass sanitaire à partir du 21 juillet (qui est une bonne mesure, mais qui arrive malheureusement à plus de 10 000 nouveaux cas par jour, cas qui vont transmettre en intra-familial là où le pass n’a pas cours… et dans les nombreuses exceptions prévues – restaurant d’entreprise, etc. puis par la rentrée scolaire d’enfants non vaccinés) (à noter que si le pass n’arrive pas le 21 juillet mais le 15 septembre, ça serait rapidement une catastrophe vu l’exemple du Royaume-Uni à notre stade le 9 juin mais avec une meilleure couverture vaccinale… il est inimaginable que l’option puisse même être évoquée).
  • une augmentation inévitable des hospitalisations avec un retard de 10 jours environ et des décès avec un retard de 25 jours environ (dans une moindre mesure par rapport aux contaminations, grâce à la vaccination priorisée pour les plus à risque)
  • donc possiblement 50-60 morts par jour vers le 10 août (on a 3 fois plus de cas qu’il y a 25 jours, et 20 morts par jour actuellement avec le même profil de population vaccinée… sans doute que ça va diminuer et peut-être qu’on sera à 40 morts par jour – doit-on s’en réjouir ?),
  • cette mortalité sera trop faible pour envisager de nouvelles mesures, de la part d’un gouvernement qui a accepté plus de 300 morts par jour pendant de longs mois,
  • une rentrée scolaire de septembre avec des enfants non vaccinés qui vont participer à propager le virus entre familles, en attendant la vaccination,
  • probablement des tribunes pendant l’été de gens qui réclameront le retrait du masque « parce que ce sont des pitchounes »,
  • une augmentation des viroses tout venant lors du retrait du masque annoncé par le ministre de la santé, rendant illisibles et inutilement complexes toutes les infections respiratoires en ville (PCR pour tous, isolement pour toute fièvre en attente de PCR, journées enfant malades, consultations médicales à gogo en plus des vaccinations…)
  • (avec un peu de chance, un port de masque de façon altruiste par les gens malades même quand le masque ne sera plus obligatoire – un élément sur lequel il faudra sûrement des appels citoyens et scientifiques)
  • et enfin la fin de la pandémie grâce à la vaccination – sauf surprise d’un nouveau variant avec échappement immunitaire.

C’est un avis purement personnel, mais je vois difficilement comment on pourrait y échapper. Je suis plutôt « optimiste » sur les hospitalisations / décès – d’autres n’ont pas mon optimisme. Je me dis au moins qu’on ne retrouvera plus le plateau de mortalité aussi long à 80 000 morts.

Est-ce que le pass sanitaire (associé à la vaccination) suffira pour freiner assez efficacement ? Peut-être car c’est vraiment une mesure utile qui a du sens, contrairement au couvre-feu à 21h ou 23h, ou au masque en extérieur.

Est-ce que le pic sera en août, ou aux vacances de la Toussaint ? Je n’en sais rien et en fait, ça importe assez peu pour l’instant. Rien n’est écrit. La vague à venir n’est « écrite » dans aucun livre – pas la peine d’aller à Lourdes. Son ampleur, sa durée, son plateau, sa décroissance ne dépendront que des décisions qui seront prises.

Ce qui compte, c’est la prévention pour limiter le nombre de cas. Parce que de grands nombre de cas, c’est plus d’hospitalisations, de réanimations… mais aussi plus de risque d’émergence d’un nouveau variant plus contagieux ou échappant à la vaccination… mais également le risque de découvrir dans x années que le virus puisse entraîner des effets retardés (personnellement je trouve qu’on manque de recul sur ce virus).

Ce qui compte, c’est prendre des mesures adaptées au moment adéquat. C’est donc se baser sur les indicateurs sanitaires et prendre des mesures fortes pour freiner afin d’avoir tous les EPCI (communautés d’agglomérations) avec un taux d’incidence sous le seuil d’alerte à 100/100 000 par exemple – seuil à définir collectivement sur ce qu’on accepte en contaminations, et sans doute à affiner par tranche d’âge et par taux de vaccination ! Nous avons les moyens d’avoir cette finesse ! Ou alors il faut avouer publiquement qu’on mise sur une immunisation hybride avec contamination des jeunes cet été pour économiser des doses de vaccins…

Pour freiner, ça n’implique ni masque en extérieur ni couvre-feu, comme ce qui a été prévu en Pyrénées, mais ça implique dans ces lieux où le virus circule au-delà du seuil d’alerte de s’appuyer sur ce qui fonctionne(ra) :

  • le masque en intérieur (maintenu jusqu’à ce qu’on sorte réellement de cette pandémie),
  • les incitations au télétravail pour les non-vaccinés,
  • le pass sanitaire dès mercredi 21 juillet et sans les exceptions,
  • les protocoles d’aération pour les lieux clos,
  • des nouvelles re-fermetures temporaires des lieux sans masque (restaurants en intérieur – y compris en entreprise -, salles de sport en intérieur, discothèque…)
  • … et idéalement anticiper, pour éviter de découvrir sur le tard qu’il y a une rentrée en septembre et un automne en octobre (en pleine vague, avoir des enfants sans masque qui font circuler des tas de virus, ce n’est pas raisonnable avec ce que ça implique en terme de surcharge du système de santé en ville, d’absentéisme, de tests PCR à répétition et de risques méconnus à long terme).

Mais bon, ce n’est qu’un avis de Cassandre…

Like
36
Love
12
Ah Ah
2
Wow
0
Sad
0
Grrr
1

L’absurdité des feuilles de soins dégradés

Depuis le 1er juin 2021, les médecins doivent renvoyer aux (différentes) caisses un duplicata papier ET un bordereau récapitulatif des feuilles de soins télétransmises par voie électronique sans carte vitale (feuilles de soins dégradées ou FSD). Et c’est complètement absurde.

Alors, dit comme ça, ça peut paraître un peu complexe, mais je vais essayer de faire clair.

En fin de consultation, le médecin peut vous faire payer la consultation totalement, en partie ou pas du tout… (respectivement 25€, 7,50€ ou 0€ pour une consultation de médecine générale). Mais dans tous les cas, il faut envoyer une « facture » (ou feuilles de soins) à l’Assurance maladie pour leur dire ce qui a été fait et qui a payé combien.

Cette facture peut être faite de 3 façons :

  • feuille de soins papier (FSP) : à l’ancienne, avec des papiers commandés sur le site de l’Assurance Maladie, nominatifs ;
  • feuille de soins électronique (FSE) : il faut un lecteur de carte vitale (acheté par nos soins), une carte de professionnel de santé (CPS) et la carte vitale du patient ;
  • feuille de soins en mode dégradé (FSD) : il faut un lecteur de carte vitale et une CPS… mais pas la carte vitale du patient.

Jusqu’à mars 2020, il fallait envoyer un duplicata papier et un bordereau de rattachement à chaque fois qu’on faisait une FSD ! C’est complètement grotesque, puisque cette feuille ne sert à rien en matière de lutte contre la fraude (seul intérêt qu’on pourrait y voir).

Par exemple, si j’ai le numéro de sécurité sociale d’Emmanuel Macron, là je pourrais aisément envoyer une FSD mensongère disant que je l’ai vu en consultation, en visite, que je lui ai fait une spirométrie, un ECG… et je serais remboursé par l’Assurance maladie. Ensuite quand ils me réclameraient un duplicata, j’aurais 2 clics à faire sur mon logiciel pour le sortir, puis leur envoyer.

Pendant longtemps, cette absurdité a été dénoncée… au point que les professionnels de santé disaient « il ne faut pas faire de FSD qui nécessite 2 papiers, alors que la FSP n’en nécessite qu’un seul ! », ce qui rendait moins simple le travail administratif au niveau de la CPAM.

Puis vint la pandémie – je pense que vous avez été mis au courant.

Et là, il fallait limiter la manipulation de papiers (« au cas où ça se transmettrait par les mains »), limiter les allers-venues des employés à l’Assurance maladie…

Donc, il fallait trancher dans les bullshit jobs.

Autant dire qu’à ce moment-là, « vérifier par un papier inutile une facturation déjà remboursée il y a 1 mois de façon automatique » ça n’était pas trop la priorité.

Puis le 20 mai, l’Assurance Maladie nous envoie un mail disant qu’à partir du 1er juin, il faudrait reprendre l’envoi de ces duplicatas inutiles, dont tout le monde s’était passé pendant 15 mois.

A peu près tous les syndicats se sont saisis de la question pour dénoncer ce rétropédalage et ce manque de confiance de l’Assurance maladie… Mais même derrière le manque de confiance, c’est surtout l’inutilité qui frappe : à quoi sert un document papier aussi inutile ?

C’est comme si vous aviez un assureur privé (MMA, MACIF, MACSF, etc.) à qui vous envoyez un mail pour dire « j’ai un bris de glace sur ma voiture, voici le devis du garagiste et la photo » et qui vous répondrait alors « merci, nous avons bien reçu votre mail, pouvez-vous nous l’imprimer et nous l’envoyer par voie postale, accompagné de la photo en 10×15 sur papier mat avec bords blancs ? 🙂 »

SANS. DÉCONNER.

Je passe brièvement sur l’aspect écologique de demander à 50 000 médecins généralistes en France de détruire des ramettes de papier dans le vent.

J’ai quand même une pensée émue pour ces employées de l’Assurance maladie qui sont retournés au boulot en présentiel courant 2021, à qui on a dit « bon bah, vous reprenez votre travail de contrôle des FSD en papier…

  • Ah mais il doit y avoir beaucoup de retard ?!
  • Non, non.
  • Quelqu’un l’a fait en mon absence ?
  • Non plus.
  • … mais du coup, c’est inutile ?
  • Voilà. Allez, au travail.

Je sais que la vie n’a souvent pas beaucoup de sens, mais là quand même, c’est un peu violent.

Breeeef, du coup le 2 juin, j’ai envoyé un mail au directeur de ma caisse locale et au DG de la CNAM, Thomas Fatôme (marrant, son mail fonctionne…). Pour ceux qui veulent s’en inspirer pour leurs correspondants s’ils viennent à être embêtés, je le mets en fin de mail.

Et hier, suite à un premier courrier de la CPAM d’Artois (pas ma caisse principale), j’ai répondu sur leur facebook – là aussi, je mets en fin de mail, si certains veulent s’en inspirer sans avoir à réinventer la roue.

Voilà… espérons quand même que les syndicats réussissent à rapidement négocier un rétropédalage de ce rétropédalage, et qu’on puisse revenir à la version simplifiée (et pratique) des FSD, permettant à tout le monde d’être remboursé plus rapidement (médecin – qui s’en fiche en général -, et surtout patient), d’éviter des trajets inutiles vers la CPAM, d’éviter de détruire du papier, d’éviter de gâcher du temps médical, d’éviter d’employer quelqu’un à faire du vide… et recentrer tout le monde sur le soin.

Pendant une pandémie, c’est toujours utile d’avoir du temps de soin.

COPIE DU MAIL DU 2 JUIN

Bonjour Mesdames et Messieurs, 
J’ai trois questions à vous posez concernant votre vision du temps des médecins généralistes. 
1 – Pourquoi du papier ? 
Comme tous les médecins de France, j’ai reçu le mail relativement laconique concernant la reprise des duplicatas papiers et bordereaux concernant les feuilles de soins en dégradé.Cette fonction m’était bien pratique pour valider et me charger des cotations des actes réalisés par mes internes, pour les téléconsultations, pour les patients ayant oublié/perdu/cassé leur carte vitale.
Ne comprenant pas l’intérêt de duplicatas, je me permets de vous poser directement la question : quel est l’intérêt de ce papier ?
J’en devine 2 : 
—> considérer par défaut que tous les médecins sont des fraudeurs, et qu’il est capital de les « surveiller » (?) avec un papier absolument inutile (ce qui serait ridicule puisque ça n’empêcherait en réalité aucune fraude, la seule « surveillance » venant des patients eux-mêmes qui reçoivent leurs décomptes…),
—> occuper des gens avec un bullshit job consistant à vérifier manuellement ce qui se fait électroniquement. 
Ca avec en parallèle l’appel de la CPAM pour proposer un assistant médical qui s’autofinancerait (de façon fantasmée) grâce à une augmentation d’activité et de patientèle, je trouve ça absurde. Evidemment, j’ose croire et espérer qu’il y a une autre raison, mais en absence de communication claire à ce sujet, je ne parviens pas à l’imaginer. Donc, comme dit en titre : à quoi servent ces papiers, dont nous avons tous pu nous passer pendant 14 mois avant de redécouvrir qu’ils sont nécessaires et indispensables ? 

2 – Pourquoi polluer ? 
Si vous êtes en mesure de me donner une explication correcte au point 1, pouvez-vous m’indiquer si un système d’envoi par mail de ces duplicatas papiers est prévu dans une démarche écologique ?

3 – Pourquoi ne pas nous aider plus rapidement sur la vaccination à la place ? 
Enfin, je sais que le projet est sur la table depuis au moins fin avril et qu’il est soutenu, mais si nous pouvions avoir rapidement un accès à notre patientèle vaccinée / non vaccinée, immunisée (contaminée) avec les dates, les vaccins, les dates de rappel et le fait que ça ait été fait ou pas, ça nous serait vraiment très utile.
Je ne vois rien de plus urgent de la part de la CNAM pour la médecine générale à vrai dire : pour l’heure, je dois appeler 25 patients pour en trouver 10 non vaccinés et leur proposer le Moderna (oui, parce que je tiens un tableur de mes patients afin de continuer à prioriser mes patients les plus à risque… sauf qu’ils ont pu se faire vacciner ailleurs entre temps). Alors c’est vrai, je sais qu’il y a des duplicatas de FSD à contrôler sous format papier, mais de l’aide pour nous faire gagner du temps plutôt qu’en perdre, ça serait précieux. 
Si ce mail vous apparait inconvenant, sachez le temps consacré à sa lecture est ce que certains généralistes en France (dont je fais partie) vont désormais subir chaque jour suite à votre décision. 
J’espère donc que vous accepterez de me consacrer un peu de votre temps pour la réponse. 

COPIE DU MESSAGE FACEBOOK DU 6 JUILLET

Bonsoir.
Rien à voir, mais je suis médecin généraliste et je vis en 2021… Je vous contacte donc par le seul moyen qui m’est donné ce 6 juillet à 17h30 (le 3608 étant fermé à cette heure tardive et vous avez bêtement oublié de mettre une adresse mail, mode révolutionnaire de communication du XXIème siècle que je vous incite à adopter dans un proche avenir, par exemple en 2076).
Je fais donc suite à votre courrier du 1er juillet m’incitant à vous contacter avant le 13 juillet (pas du tout en période estivale, j’aime bien les ultimatums, surtout avec un peu de poivre et une petite salade, ça passe très bien).
Sans réponse de ma part dans les 10 jours après votre courrier automatique et déshumanisé, vous allez être « dans l’obligation de constater un indû » d’une facturation en tiers payant d’une consultation réalisée en juin.
Il va de soi que cette consultation a bien eu lieu, et que j’ai effectué la facturation en « dégradé » (FSD) parce qu’il n’y avait pas de carte vitale ou pas de lecteur de carte vitale à ce moment-là.Je sais que c’est une décision (stupide) nationale de réclamer des papiers pour les FSD et pas seulement liée à la CPAM de l’Artois. Néanmoins, pendant 15 mois, vous avez accepté les FSD sans justificatif papier, car ils sont inutiles et qu’il faut bien avouer que ça vous arrangeait (ça n’était pas pour les médecins que vous l’avez fait mais égoïstement pour vous).
Aujourd’hui, depuis fin juin, la CNAM demande que tout le monde refasse ce papier inutile.Sachant que les médecins généralistes sont bien occupés par ailleurs pour leur activité normale, le rattrapage du retard lié à la pandémie, la vaccination, pensez-vous que c’est judicieux ?
Peut-être que toute cette belle énergie visant à contrôler des papiers inutiles de facturations déjà remboursées pourrait être consacrée à – je dis ça au hasard – FOURNIR LA LISTE AUX MG DE LEURS PATIENTS VACCINÉS OU NON VACCINÉS (oui je sais, la CNIL…), ou à défaut CONTACTER ET AIDER CES PATIENTS, POTENTIELLEMENT EN SITUATION DE PRÉCARITÉ OU D’ISOLEMENT À OBTENIR UN RENDEZ-VOUS ?
Je vous ferai donc parvenir par courrier postal un de ces jours le papier inutile ne prouvant rien du tout quant à la consultation qui bien eu lieu en juin, afin que vous ne me réclamiez pas les 17,50€ que vous m’avez dûment versés.
Il me semble que vos sentiments ne soient pas aussi dévoués que votre formule de politesse le prétend ; recevez les miens en échange.
Votre correspondant habituel.

Like
6
Love
1
Ah Ah
1
Wow
0
Sad
0
Grrr
1

Mon programme 2022 : Ma Route !

Ce titre et ce billet sont gentiment provocateurs ; ils sont en réalité là pour donner le programme pour lequel j’aimerais voter en 2022…

Voici mon pré-programme, en version de travail. Nous ajouterons ensuite des jolies photos et des phrases vides de sens telles que :

Retrouver notre esprit de conquête pour bâtir une France nouvelle.

En-tête du programme d’Emmanuel Macron en 2017

Je vais parler surtout de ce que je connais / pense connaître, désolé de ne pas évoquer des questions épineuses sur le monde agricole, sur l’écologie, sur l’économie, sur l’immigration et l’émigration, sur les flux des marchandises, etc.

Je n’ai évidemment pas la prétention de dire que c’est « la solution », mais c’est en tout cas le programme qui me donnerait envie de croire en ses porteurs.

Quels sont les trois principaux problèmes actuellement pour moi ?

  1. Des gens meurent / vont mourir précocement
  2. Des gens souffrent d’une mauvaise qualité de vie
  3. Le reste de la biodiversité souffre

Avant de détailler, voyons de quoi meurent les gens en France (oui, c’est pour être Président de la France, qui a bien sûr d’autres problématiques que d’autres pays). Pour cela, le BEH du 12 novembre 2019 détaille les causes de décès de 2016.

Tableau repris sans leur accord, c’est mal, mais partager la science, c’est bien…

Si nous zoomons sur ces problèmes (de façon empirique et non exhaustive), nous pouvons les découper en problèmes de plus petite taille… Je propose ensuite les possibilités d’évolution qui constituent « mon » programme, celui que je voudrais lire pour glisser avec intérêt mon bulletin dans l’urne dans 2 ans…

  1. Des gens meurent précocement / vont mourir précocement… à cause :
    1. De maladies liées à des causes évitables
      1. Tabac
      2. Alcool
      3. Malnutrition
      4. Sédentarité
      5. Infections (et risque d’antibiorésistance)
      6. Suicide
      7. Pollution
      8. Violences
        1. Familiales
        2. Sociétales
    2. D’accidents évitables
      1. De voie publique
      2. De travail
      3. Domestiques
    3. De manque de soins
      1. Manque d’argent / situation de précarité
      2. Désertification médicale
      3. Faible éducation à la santé
    4. Des soins (iatrogénie)
    5. Du manque d’argent (pauvreté / précarité)
    6. De l’environnement
      1. Pollution
      2. Conséquences du changement climatique
  2. Des gens souffrent d’une mauvaise qualité de vie… à cause de la précarité (absence « inacceptable » d’une sécurité) :
    1. Manque d’argent
      1. Non accès aux droits par complexité administrative
    2. Chômage
    3. Isolement social
    4. Logement insalubre
    5. Incapacités / handicaps
    6. Manque d’accès aux activités de loisirs
    7. Complexité administrative excessive
  3. Le reste de la biodiversité souffre, notamment par :
    1. Destruction de l’habitat naturel
    2. Braconnage
    3. Pollution des eaux
      1. Par le plastique
      2. Par pesticides et produits chimiques
    4. Réchauffement climatique
    5. Surexploitation (surpêche, élevage intensif…)
    6. Maltraitance animale

Que proposer alors ? Les mesures sont proposées selon le plan ci-dessus, n’y voyez pas une hiérarchie (sinon, bien sûr que le logement pour tous serait avant les pistes cyclables…)

  1. Prise en charge des soins à 100 % par une caisse unique de sécurité sociale :
    1. Suppression des caisses multiples (aucun sens, des dépenses inutiles)
    2. Suppression de la part forfaitaire (majoration du reste à charge, sorte de « taxe à la maladie »…)
    3. Disparition des mutuelles et assurances santé (les prévoyances sont encore possibles pour s’assurer d’un risque particulier).
      1. Ces mutuelles créent des disparités, n’ont pas vocation à être utiles pour les plus pauvres (CSS ou ex-CMU), pour les plus malades (ALD) ou en période de pandémie (téléconsultations prises à 100 % par l’Assurance Maladie en 2020 pour simplifier…) et sont coûteuses en frais de gestion (ces coûts sont évidemment reportés sur les cotisants…).
      2. A l’heure actuelle, la consommation de soins et biens médicaux est d’environ 200 milliards, dont 156 milliards couverts par l’Assurance Maladie (soit 75 % où elle est censée représenter environ 70 %), 26 milliards par les mutuelles/assurances/prévoyances (soit 1/7ème où elles sont censées représenter environ 30 %) et 15 milliards par les ménages (page 154 de ce document). Devinez qui parasite ce système ?
      3. Les cotisations aux mutuelles sont évidemment reprises par l’Assurance Maladie, ce qui diminue les bénéfices des mutuelles/assurances certes (c’est triste) mais diminue aussi le « trou de la sécurité sociale » (c’est cool)… Ce qui sera utile pour les mesures suivantes…
  2. Financement de la recherche dans tous les domaines : santé, écologie, sciences humaines et sociales… et tenir compte des résultats de ces recherches dans les décisions politiques (oui, je sais, c’est disruptif).
    1. … et notamment en écologie ! Le mouvement « écolo » en France en 2020 est malheureusement en opposition sur ce point : il est plus idéologique que scientifique, mené par des antivax… L’écologie EST une science.
  3. Lutte contre le tabac
    1. Globalement les mesures les plus efficaces sont déjà en place.
    2. Interdiction de l’achat à l’étranger : ça a été récemment limité pour les cartouches de Belgique, mais soyons honnêtes, on ne ramène pas des cartouches de cigarettes comme un cadeau, mais bien parce que le prix est moins cher. L’autorisation avec limitation est donc une décision curieuse, susceptible d’augmenter les allers-retours…
    3. Ouverture du droits à prescription de substituts nicotiniques à d’autres professionnels de santé (pharmaciens, tabacologues, diététiciens, etc.)
  4. Lutte contre l’alcool
    1. Très peu est fait en France… L’ANPAA a fait 10 recommandations.
    2. Indiquer la quantité en grammes d’alcool sur les bouteilles, les seuils recommandés par l’OMS, les seuils légaux (conduite automobile…)
    3. Interdire la publicité sur l’alcool, le sponsoring de l’industrie de l’alcool et les liens avec les pouvoirs publics. Pas besoin de ça pour savoir que ça existe ; la publicité n’a donc vocation qu’à rendre l’alcool « sexy et fun ».
  5. Lutte contre la malnutrition et la sédentarité
    1. Remboursement par l’assurance maladie des consultations de diététicien
    2. Meilleure couverture des soins dentaires
      1. Simplification des cotations
      2. Prise en charge à 100 % des soins dentaires (complètement dingue ? les soins dentaires s’élèvent environ à 9 milliards d’euros par an, dont 3 pris en charge par l’Assurance Maladie. Augmenter de 6 milliards d’euros, c’est donc moins ambitieux que le programme proposé par le Ségur de la Santé 2020 dont nous ne verrons probablement aucun effet concret sur la santé des gens).
    3. Programmes locaux d’incitation à l’activité physique
  6. Lutte contre les infections :
    1. Education à l’hygiène dès l’école, avec lavabos et savons dans chaque classe (on relance l’économie de la plomberie, comme s’ils s’ennuyaient déjà \o/)
    2. Installation d’un système de ventilation mécanique dans chaque classe (centrale de traitement d’air, ou VMC ou à défaut extracteur d’air, selon la pertinence scientifique et architecturale)
      1. Pour l’exemple, il y a 286 000 classes d’écoles primaires en France ; le coût d’une VMC unique installée est de 3 000€, soit 860 millions de dépense pour une VMC par classe en une seule fois… en comptant très large, puisque l’installation de 4 VMC dans une école ne coûte pas 12 000€, surtout quand les municipalités ont des services techniques….
      2. Le budget est très simple à trouver, puisque l’Education Nationale va consacrer 1,6 milliard d’euros par an pour l’inutile Service National Universel (SNU).
    3. Mise à disposition généralisée de masques dans les lieux publics pour les personnes malades (en particulier l’automne-hiver)
    4. Lutte contre l’antibiorésistance par une analyse des prescriptions de prescripteurs « anormaux » de fluoroquinolones et céphalosporines de 3ème génération (libéraux ou hospitaliers)… et pas en valeur absolue, pas en pourcentage des prescriptions d’antibiotiques, bande de moules.
    5. Supprimer le délai de carence en cas d’arrêt maladie… (ce délai de carence incite à ne pas prendre des arrêts courts, tels que virose respiratoire, gastro-entérite, et donc à disséminer ces infections dans les lieux de travail, ce qui est un mauvais calcul).
    6. Envoi systématique de courriers simples de prévention validée à certains âges de la vie (comme MT’Dents) : proposition annuelle de dépistage IST de 16 ans à 25 ans par exemple ; vaccins à 25, 45, 65 ans.
  7. Lutte contre le suicide, le mal-être, les violences familiales :
    1. Remboursement des soins de psychologue à 100 % par l’Assurance Maladie.
    2. Créer un parcours dédié aux violences conjugales dans la « chaîne pénale », compte tenu du caractère particulier (même lieu de vie !)
    3. Lutter contre la précarité, facteur de risque de violences et suicides (nous en parlerons plus bas).
    4. (Notez que je peux développer 12 mesures à chaque fois qui font joli comme « informer les professionnels de santé », « former les médecins généralistes au risque suicidaire », « développer des programmes d’accompagnement »… Mais ça existe déjà, tout est améliorable, mais autant parler de vraies mesures fortes et claires. Le blabla sera évidemment ajouté sur le vrai programme, avec les photos de bains de foule :D)
    5. (Pour la lutte contre les violences sociétales : miser sur l’éducation, lutter contre la précarité, et à défaut sur la sécurité).
  8. Lutter contre les accidents évitables au travail, en voie publique ou à domicile (et lutte contre la pollution) :
    1. Bilan annuel des accidents de travail par type, gravité, secteur et entreprises. Travail collaboratif avec la médecine du travail et l’ingénierie pour limiter ces accidents.
    2. Développement et gratuité des transports en commun (comme dans certaines villes), afin de limiter le trafic donc la probabilité d’accidents, et la pollution donc les pathologies respiratoires… Initialement dans les grandes villes puis « partout sur le territoire à l’horizon 2028-parce-que-je-pense-déjà-à-2027-je-suis-un-professionnel-de-la-politique »
    3. Lutte contre les risques au volant (alcool : cf. supra)
    4. Développement des pistes cyclables sécurisées en France sur le modèle des Pays-Bas
    5. Remboursement de l’ergothérapie de ville – peut-être par obligation de salarié au sein de communautés d’agglomérations (on forme ces professionnels en France, spécialisés dans l’adaptation de matériel et de logement, mais ils ne sont pris en charge qu’en milieu hospitalier et pas en ville…)
    6. Et arrêter de faire bosser des gens de plus de 60 ans dans la manutention. Sérieusement, je sais que c’est un peu populiste de dire ça, mais il faut probablement arrêter de laisser à des bureaucrates n’ayant jamais fait de manutention ou de travail de force répétitif la décision de repousser l’âge des retraites… Après ils disent des bêtises et « n’adorent pas le mot pénibilité ».
  9. Accès au logement pour tous : instaurer le « droit au logement » comme le droit à l’éducation ou aux soins
    1. Création de logements sociaux, voire de « logements d’Etat » : environ 200 000 personnes en France sont sans abri. Un programme de 10 milliards d’euros pourrait instaurer 200 000 logements de 50 000 euros pour loger ces personnes partout où il y a besoin sur le territoire (oui, pas forcément à Paris intra-muros).
    2. Lutte contre les accidents domestiques par la lutte contre les logements insalubres. Aucun logement social d’aucune commune de France ne devrait être insalubre en 2022 ; pourtant, pour nous médecins libéraux faisant des visites au domicile des gens, il est facile de constater les lieux problématiques parmi les squares ou HLM… Un vrai plan en faveur du logement salubre est à mener.
  10. Lutte contre la désertification médicale :
    1. Education à la santé : faire de l’information grand public sur les consultations les plus fréquentes pour les médecins généralistes, avec des messages simples et clairs à faire passer ; quelques exemples :
      1. fièvre J1 : quand consulter, quand patienter, etc. ;
      2. HTA, diabète : pourquoi un suivi trimestriel est généralement suffisant ;
      3. Kinésithérapeute : non, ce n’est pas un salon de massage mais une thérapie par le mouvement en général ;
      4. Hypnotiques au long cours : quels effets indésirables, comment sevrer, pourquoi on peut toujours réussir le sevrage ;
      5. Les « fakemed » : quels sont leurs dangers, qu’est-ce qu’il faut savoir sur ces « croyances religieuses en santé » ;
      6. Toute consultation ne nécessite pas d’ordonnance ;
      7. etc.
    2. Arrêter. De. Prendre. Les. Médecins. Pour. Des. F*cking. Assureurs. (NB. Penser à simplifier cette phrase pour le programme final).
    3. Arrêter de demander aux médecins de signer des papiers illégaux pour des assureurs véreux (d’ailleurs, si votre assurance demande que votre médecin signe un papier avec tous vos antécédents pour pouvoir vous indemniser de ce pourquoi vous avez cotisé plusieurs années, signalez-le ici : secret-medical@quechoisir.org)
    4. Supprimer l’obligation de CERFA pour des arrêts de travail de 1 à 3 jours, à raison de 3 épisodes par an. « On disait » qu’un salarié pouvait prendre 3 fois 2 jours consécutifs d’arrêt maladie sans Cerfa par an. Inutile de consulter un médecin pour dire « j’ai fait caca mou hier, ça va mieux… » Vous croyez que les gens vont abuser ? Bah déjà ils pourraient le faire MAIS en consultant un médecin en plus (pour dire « j’ai fait caca mou / j’ai eu mal au dos », promis ça marche), et ensuite perdre 40 % du salaire journalier, ça ne fait plaisir à personne. (Cette mesure n’implique pas qu’il n’y ait aucune possibilité de contrôle si les employeurs le souhaitent pour les rares personnes qui voudraient faire des ponts ou des longs week-ends… mais juste que ces contrôles n’ont pas à être effectués par leurs médecins traitants. Il semblerait quand même que « la confiance » dans les employés soit un modèle de « management » plus pertinent que la méfiance et le fliquage).
    5. Supprimer le « certificat enfant malade ». Les patients prennent des rendez-vous pour demander un papier certifiant qu’ils ont dû rester à la maison pour garder leur enfant, alors que c’est dans leur contrat de travail. Avoir besoin d’un certificat de médecin pour dire « oh bah il m’a dit que son enfant était malade, ça doit être vrai », ça n’a aucun sens, ça coûte des sous et du temps, pour rien. Arrêtez ça.
    6. Simplification administrative :
      1. les dossiers APA devraient être gérés sans papier, avec un numéro unique et un évaluateur se déplace et attribue ou pas, après sa propre évaluation (aujourd’hui, le médecin rédige un long courrier, qui est remis à une secrétaire, qui remet à une infirmière, qui vient faire l’évaluation elle-même et décide en conséquence…).
      2. les dossiers MDPH devraient être simplifiés et avec des circuits courts. Une personne non voyante, ayant déjà un dossier connu par la MDPH, devrait pouvoir demander une prestation compensation du handicap rapide pour un outil utile (telle qu’un bloc-note braille) sans attendre des délais inadmissibles de 6 mois, y compris en période de vacances ou toute autre « excuse ». Bref, l’accès aux droits pour les patients doit être simplifié et l’aspect social distingué de l’aspect médical !
      3. les prescriptions médicales de transport, faut supprimer aussi. C’est tout sauf médical. C’est du contrôle administratif délégué à des médecins, en partant de l’hypothèse : « tout ambulancier et tout patient sont malhonnêtes ». Comment faire ? Eh bien le patient ayant besoin d’un transport pour ses soins appelle un ambulancier. Ils font ensemble le point. L’ambulancier fait une feuille de soins pour la CPAM si c’est justifié ou fait payer le patient sinon. Le médecin n’a rien à voir dans ce binôme assuré – prestataire de service de transports. Vous voulez des contrôles ? Ok. Payez des contrôleurs. Vérifiez si les transports correspondent à des consultations, je m’en fiche mais arrêtez de prendre les médecins pour des contrôleurs/assureurs de véracité !
    7. Revaloriser les pharmaciens d’officine avec un rôle de « pharmacien référent » et des objectifs (limiter certains traitements, sevrer en tabac, éviter les interactions, aider à la coordination ville-hôpital, gate-control de prescriptions déviantes valorisé – telles que les antibiothérapies à risque de résistance…)
    8. Développer et revaloriser les structures de soins à domicile (revalorisation des actes et frais de déplacement des IDE/kinésithérapeutes/auxiliaires de vie/orthophonistes : actes de prévention, d’éducation et de prise en charge comme dans la fin de vie…)
    9. Rembourser ceux de qui nous faisons mal le travail : les psychologues, les diététiciens (cf. supra)
    10. Favoriser la délégation de taches : recours facilité et autonomisation des kinésithérapeutes (lombalgie, entorses…), autonomisation des IDE (pas besoin d’ordonnance pour dire « toilette 2/j, délivrance med 1/sem » : on ne fait que noter ce qu’on nous demande)…
    11. Libérer du temps « organisationnel » : avoir un interlocuteur unique pour les projets médicaux et consignes sanitaires (plutôt que ARS, CPAM, CDOM/CNOM, Federation des maisons de santé, CPTS, DGS, URPS, Préfecture…) Un interlocuteur unique qui répond (expérience @SPostillons : aucune écoute « officielle »).
    12. Décloisonnement des spécialités avec possibilité de validation d’acquis (pensée pour les internes en DES de médecine d’urgence, qui dans 20 ans se poseront peut-être la question d’une complexe reconversion, dans un contexte de pénurie de certaines spécialités…).
  11. Lutte contre la iatrogénie
    1. Favoriser la pratique professionnelle basée sur les preuves pour tous (médecins, kinésithérapeutes, infirmiers, pharmaciens, etc.), notamment par l’éducation à la santé des patients
      1. Si on dit clairement que les ventouses dans le dos, c’est basé sur rien de scientifique, il n’y aura ni demande ni offre ; c’est sûr que si on voit tous les sportifs en photos avec, on crée les deux…
      2. … ce qui implique de développer AUSSI le métier de journaliste scientifique dans les principaux médias.
    2. Revalorisation du rôle des pharmaciens
    3. Développement, valorisation et diffusion large d’outils informatisés d’aide à la prescription conformes aux dernières données (EBMFrance.net, Vidal Recos, HAS, Kit Medical et tous les sites qu’il référence – Antibioclic…)
    4. Meilleure information quant aux molécules avec balance bénéfices-risques défavorables (simple exemple : le febuxostat est à risque de surmortalité si antécédent cardiovasculaire ; en 2019, il en a été remboursé 520 000 boîtes entre 20 et 60 ans et 2,42 millions pour les plus de 60 ans, soit au moins 200 000 patients concernés – si vous voulez vérifier, prenez la base ATC5 de 2019 sur OpenMEDIC, et filtrez sur cette molécule).
      1. Et là encore, je pense qu’il y a une place majeure pour le journalisme scientifique médical en France.
  12. Lutte contre le réchauffement climatique
    1. Changer notre mode de consommation
    2. Privilégier les productions locales
    3. Limiter les transports polluants, en privilégiant le télétravail, les transports non polluants et transports en commun
    4. … bref, suivre les recommandations internationales sur le sujet et écouter les experts
    5. (Alternative : trouver dans les plus brefs délais un moyen technologique novateur pour aspirer le CO2 de l’atmosphère en quantité contrôlée pour le balancer dans l’espace. Mais les experts disent de ne pas se faire d’illusion, alors écoutez les experts).
  13. Lutte contre la précarité
    1. Logement salubre pour tous (cf. plus haut). Ca demande des sous, mais ça crée de l’emploi. Ca a l’air pas mal.
    2. Lutte contre le chômage…
      1. Il y a 26,9 millions d’actifs en France et 2,8 millions de chômeurs (source INSEE) ou 5,5 millions de demandeurs d’emploi en incluant les interimaires et ceux ne cherchant pas d’emploi (source Pôle Emploi)
      2. Le taux d’activité des 55-64 ans a augmenté (vieillissement de la population et recul de l’âge légal à la retraite).
      3. La DRESS notait en 2018 que « la part des personnes de 60 ans et plus dans les arrêts de travail augmentait (7,7 % des indemnités journalières en 2016 contre 4,6 % en 2010) » et que « ce constat est probablement lié aux réformes des retraites ».
      4. Bref, vous me voyez venir normalement, mais diminuer l’âge de départ en retraite permettrait de lutter contre le chômage, en diminuant les arrêts de travail, les accidents, les soins médicaux… Si on teste le « simulateur retraite » de l’Institut Montaigne, on peut mettre tout le monde à la retraite à 60 ans avec le minimum de trimestres à cotiser (160-164), au pire en 2060, les caisses auront un déficit de 106 milliards par an… mais cela n’inclut en rien la diminution des dépenses de santé attendues, la diminution du taux de chômage total – naturellement, si l’âge de retraite diminue, le taux de chômage diminue !
      5. Il s’agit principalement d’un avis médical dans une vision vaguement holistique, qui ne mérite qu’à être confronté à un avis d’économiste.
    3. Simplification des prestations sociales et redéfinition de leur objectif
      1. Il existe un nombre grandissant de prestations sociales en France (exemple ici : allocations familiales, RSA, APL, ASF, APE, ARS, AAH…), et il est difficile de comprendre les droits auxquels prétendre (exemple ici…)
      2. Il semble que l’objectif soit « que chacun ait des minima sociaux permettant un niveau de sécurité jugé suffisant pour ne pas être dans une précarité »
      3. Dans ce cas, la meilleure réponse à l’objectif est de définir un seuil de « revenu minimal pour toute personne en France, en fonction de l’âge », puis par une soustraction savante, faire « prestation sociale = revenu minimal attendu du foyer – revenus du foyer ». Une sorte de revenu universel, en somme…
    4. Lutte contre les emplois interdisant tout épanouissement. Notamment lutte contre les « petits chefs » qui pourrissent la vie de leurs concitoyens, abusent de leurs pouvoirs… et sont clairement responsables d’un grand nombre d’arrêts de travail prolongés non liés à une maladie cardiovasculaire ou un cancer.
    5. Lutte contre l’isolement social : développement de foyers hébergement pour personnes âgées non dépendantes ; favoriser l’accès aux activités de loisirs
    6. Favoriser l’insertion des personnes ayant des incapacités (handicaps), notamment dans les transports
  14. Lutte contre l’appauvrissement de la biodiversité et la souffrance animale.
    1. Je renvois aux points précédents sur l’écologie : consommer mieux et écouter les experts…
    2. Je ne développe pas plus, le billet est déjà trop long, et on s’éloigne clairement de mon domaine d’expertise « médico-social »…
  15. Enfin, et c’est le dernier point mais sûrement le plus important : il faut retrouver notre esprit de conquête pour bâtir une France nouvelle.

Il y aurait encore pas mal à dire.

Question immigration, je suis plutôt du genre accueillant (il me semble que la devise de la France comporte « fraternité » non ?). D’ailleurs c’est assez curieux de tant se passionner sur les retraites et le manque de cotisants, et en même temps refuser des actifs.

Je pense que les élus doivent avoir une certaine exemplarité (sans tomber dans une « haine de tout élu », le droit à l’erreur est possible pour tout être humain…) : par exemple, quelqu’un qui aurait fait un abus de pouvoir ne mériterait pas d’avoir plus de pouvoir… Ça peut sembler dingue, je sais.

Oh et bien sûr, pour financer une partie de cet onéreux programme (bien que certains points se nourrissent comme souligné plus haut), il faut aussi lutter activement contre l’évasion fiscale, et se calmer sur « l’optimisation » qui ne font que creuser à la pelle les inégalités.

Voilà.

Ce programme est sous licence : FCQVVAMAL (Faites Ce Que Vous Voulez Avec Mais Appliquez Le).

EDIT A PARTIR DU 29 JUILLET :

  • Point 16 : Allonger les congés parentaux
    • Pour le congé maternité : avec 16 semaines (indemnisées à 100 %), la France est au milieu en Europe, loin derrière la Suède (75 semaines indemnisées à 80 %)… Or, pendant le confinement, les naissances prématurées ont diminué, probablement en lien avec : l’absence de transports pour aller travailler (et d’expositions aux infections), le télétravail, le chômage partiel.
    • Il semble donc médicalement (et socialement) pertinent d’allonger le congé maternité… Il est évident que des questions budgétaires sont en jeu pour coller à la pertinence médicale (arrêt dès 24 semaines d’aménorrhée plutôt que 34 ?) et qu’il pourrait être pertinent de proposer des alternatives (télétravail) ou une réduction systématique du temps de travail (50 %) sur cette période.
    • Concernant le congé paternité, un allongement été déjà discuté au niveau Européen dans le cadre d’une amélioration de « vie personnelle / vie professionnelle ». Avec 11 jours, la France fait pâle figure face aux pays nordiques (c’est bien sympa d’aller traiter les Français de Gaulois réfractaires au Danemark, pour être réfractaire ensuite à l’adoption de mesures « à la danoise » ^^)
  • Point 17 : Diminuer les dépenses sans justificatif des élus
  • Point 18 : Allonger la durée de vie des programmes scolaires
    • Les programmes changent tous les 5 ans (par le Conseil Supérieur des Programmes), et une critique récurrente des professeurs des écoles est qu’ils ont à peine le temps de s’y habituer qu’il change, parfois en plein été… Définir un calendrier de programmes sur 10 ans, avec « rétrocontrôle » (feedback) des enseignants, qui sont les premiers concernés ;
    • Adopter une éducation de base à la santé dans ces programmes scolaires ; meilleur moyen pour limiter les consultations inutiles, les croyances dans les « fakemeds », les anti-sciences… Il y a davantage d’antivax que d’anti-Pythagore en France, ou que d’anti-géographie, etc.
    • Inciter à l’activité physique personnalisée, et non uniquement à l’activité physique de performance (beaucoup de gens pensent ne pas être capables de simplement courir – activité physique de base par excellence -, parce qu’ils n’ont été confrontés toute leur scolarité qu’à des courses de vitesse et de performance…)
  • Point 19 : Légaliser le cannabis
    • C’est un point de vue complexe, bien argumenté ici : il n’est pas question d’inciter à la consommation, ni de banaliser… mais d’arrêter le trafic et de privilégier des circuits légaux (les dossiers pour tenir un bar-tabac sont déjà bien complexes auprès des douanes…)
    • Par ailleurs, la légalisation du cannabis est l’occasion de taxes permettant la lutte contre les drogues, la création d’une filière française, etc.
    • D’un point de vue des dealeurs, ça change tout ; du point de vue des consommateurs, il n’y a pas de report vers l’héroïne ou la cocaïne (à la rigueur moins d’anxiété quant à l’achat et la détention, sachant que l’utilisation est régulièrement pour son effet anxiolytique…)
    • Evidemment la légalisation doit s’accompagner du maintien (et renforcement autofinancé) de la lutte contre la consommation : pas de publicité, consommation exclusive à domicile ou dans des Cannabis Social Club (interdiction dans les endroits publics et dans les rues).
  • Point 20 : supprimer le SNU, la JAPD et toute idée de « service national ».
    • Pour l’éducation civique, il y a déjà la famille et l’école.
    • La JAPD est une promotion de l’armée coûteuse (117 M€ par an, soit 0,3 % du budget important de la défense).
    • Le SNU est une remise en place d’un pseudo-service militaire d’un mois avec stage de cohésion de 15 jours et mission d’intérêt général de 12 jours, le tout pour un coût annuel estimé à 1,6 milliards d’euros (3 % du budget de l’éducation nationale)…
    • Bref, ce budget pourrait être mieux dépensé dans des lieux de cohésion avec mission d’intérêt général que sont les écoles.
  • Point 21 : chaque ministère comporte un ministre et un ministre délégué, dont au moins l’un des 2 a travaillé professionnellement dans le domaine le plus représenté pendant au moins 5 ans
    • Typiquement pour « mon » domaine : aucun médecine généraliste ou infirmier libéral nommé au ministère (les seuls spécialistes nommés ont été hospitaliers)…
    • Le ministre de l’Education Nationale n’a jamais tenu une classe pendant un an. Etre recteur d’académie, ce n’est pas être professeur des écoles.
  • Point 22 : une carte de presse pour tous les journalistes ayant dépassé un seuil d’heures de travail par an
    • Actuellement pour obtenir une carte de presse, il faut que le journalisme soit l’occupation principale, régulière (plus de 3 mois par an pour la première demande) et qu’elle procure plus de 50 % des ressources…
    • … sauf que le métier de journaliste est soumis à beaucoup d’aléas, que de nombreux professionnels font des piges en ayant un autre emploi à côté ; cette 2ème activité « pour vivre » ne leur permet donc pas d’avoir une carte pour leur vrai métier.
Like
19
Love
6
Ah Ah
4
Wow
0
Sad
0
Grrr
0