Cas n°2 corrigé – Une course épineuse

Téléchargez le cas clinique n°2 en PDF, sous licence Creative Commons BY-NC-ND (2823)

Commentaire : Dossier transversal mêlant le sport et les tropiques. Toujours bien scinder les deux pour ne rien oublier.

Items :

8 – Certificats médicaux

76 – Vaccinations

107 – Voyage en pays tropical

111 – Sport et santé

135 – Thrombose veineuse profonde. Embolie pulmonaire

136 – Insuffisance veineuse chronique

205 – Hémorragie digestive

302 – Diarrhée aiguë et traitement

309 – ECG : indications et interprétations

En lire plus »

Partagez cet article

    Cas n°1 corrigé – Un jardinier n’a plus la pêche

    Téléchargez le cas clinique n°1 en PDF, sous licence Creative Commons BY-NC-ND (2790)

    Commentaire : A priori le traitement du tétanos n’est pas au programme, mais il s’agit surtout de mesures générales… La pénicilline G ne serait peut-être pas cotée, certes. Pensez à mettre les traitements « en cas d’allergie ». Enfin, la mode depuis 2011 semble être à « donnez 5 réponses », « faites 3 propositions »…

    Items :

     

    -45 – Addiction et conduites dopantes

     

    -103 – Prévention du tétanos

     

    -207 – Infection aiguë des parties molles

    En lire plus »

    Partagez cet article

      Le bloc opératoire

      Pour ceux et celles qui seraient restés à la vision du bloc opératoire façon Urgences, Grey’s Anatomy, Scrubs ou Dr. House, il est temps de faire un démenti public.

      Ça ne se passe pas comme ça.

      Je ne parle pas du fait que House, néphrologue spécialisé en maladies infectieuses, puisse entrer dans un bloc sans masque sans déclencher l’hystérie collective. Pour ma part, j’ai déjà enlevé ma coiffe bêtement juste après une opération en gynéco, croyez-moi sur parole, les infirmières sont devenues collectivement hystériques…

      « Il a enlevé sa charlotte, NOOOOOON… »

      En lire plus »

      Partagez cet article

        Ma première nuit en chambre mortuaire

        Dans la série des nuits insolites au CHR, je demande les Soins Intensifs Post-Opératoires, alias SIPO…

        Bonne pioche ! On va creuser.

        Toujours plus haut (Devise de l'externe)

        Toujours plus haut (Devise de l'Externe)

        Mon précédent article sur les urgences chirurgicales a été partagé sur Facebook par un certain Ramy. Ceci a entraîné une augmentation (statistiquement) significative de mon taux de visites, créant ainsi une demande à laquelle il me fallait répondre par une offre, un nouvel article, au titre plus aguicheur que « pourquoi j’ai dormi sur une table de gynéco ». Pas facile, faut bien le reconnaître…

        Alors pour satisfaire mes 20 lecteurs quotidiens (dont sûrement quelques bots russes), et pour répondre dans la foulée à la question de Nfkb (« c’est marrant a lire ton récit je ne regrette pas de ne pas en avoir faites… Et le sipo ? »), je vais vous parler du Terrible Secret des Soins Intensifs Post-Opératoires, alias SIPO, au CHR.

        Pour ceux qui ne sont pas en médecine (si si, je vois deux bots russes là-bas au fond, autant qu’ils sachent de quoi il est question avant de me spammer), je précise que chaque stage d’externat dure 3 mois mi-temps (ou 1,5 mois temps plein) et comporte 3 gardes dans des sites attribués en fonction du stage.

        Normalement.

        En lire plus »

        Partagez cet article

          Pourquoi j’ai dormi sur une table de gynéco (sous la ventilation)

          Il est temps d’en parler.

          Sortez votre calendrier 2009 (ou imaginez-le), pointez sur un des dimanches début mars. Maintenant déchiffonnez votre carte papier Michelin, posez-là sur un support suffisant grand (un bus, un dinosaure ou une armoire normande), représentez-vous le train entre Boulogne et Lille : vous me voyez ?

          Avec moi, un certain @AsmothLeManeg parti rejoindre @BlastAndCo pour leur première IRL (In Real Life) à Lille, à la rencontre d’un certain Pen Of Chaos dédicaçant les BDs du Donjon de Naheulbeuk (vous l’avez compris, c’est le moment où je fais semblant d’avoir un grand réseau d’amis). Une journée bien sympa en somme.

          Pour eux.

          Car tel que vous me voyez, à la sortie de la gare Lille Europe, je ne les suis pas. Non, aujourd’hui, je suis de double garde pour la première fois aux urgences chirurgicales, de 10h à 8h le lendemain… et je me suis même vocalement battu pour avoir ce dimanche jour + nuit !

          Une répartition de gardes

          Une répartition de gardes au XXIème siècle (Eugène Delacroix)

          Les gardes aux urgences chirurgicales, quand on est en DCEM2 (2ème année de Deuxième Cycle des Etudes Médicales, ou 4ème année), c’est un peu comme une bonne diarrhée : on s’amuse beaucoup pendant et on regrette quand c’est déjà fini.
          En lire plus »

          Partagez cet article